Régions Bordeaux

La Méca, un phare architectural et culturel

La Maison de l’économie créative et de la culture en Aquitaine (Méca), cette arche asymétrique aux formes monumentales, abritera à l’automne 2018 les structures régionales de l’économie créative : l’Office artistique de la région Aquitaine (Oara), l’agence Ecla (Ecrit cinéma livre audiovisuel en Aquitaine) et le Fonds régional d’art contemporain (Frac).

Ses deux jambes s’érigent progressivement depuis neuf mois, mais ne laissent pas encore entrevoir l’architecture et les dimensions du lieu. Ce bâtiment monolithique mesurera 37 m de haut, 120 m de long et développera 14 000 m2 de surface de plancher. Il marque la métamorphose du quartier Saint-Jean-Belcier et répond à la Cité du Vin, qui lui fait face à l’autre bout des quais de Bordeaux. Le conseil régional, maître d’ouvrage, porte l’investissement à hauteur de 56 millions d’euros, l’Etat complétant à hauteur de quatre autres millions. BIG (Bjarke Ingels Group) et Freaks Architecture se sont associés pour la maîtrise d’œuvre.

Le danois Bjarke Ingels, désigné « innovateur de l’année 2011 pour l’architecture » par le « Wall Street Journal », est un adepte des structures hors norme (Energy Valley à Stockholm, Zootopia au Danemark, Big U à Manhattan… ) et des bâtiments asymétriques, distordus. A l’inverse, Freaks est une petite agence d’architectes installée près de Paris, peu habituée aux gros projets.

Des dilemmes structurants. Les architectes s’étaient rencontrés pour la première fois à Bordeaux, invités par le centre d’architecture Arc en rêve. Ils concourent ensemble en 2011 pour le projet de la Méca. « J’ai aimé les dilemmes qui entouraient ce bâtiment : il fallait créer un lieu pour trois agences autonomes qui voulaient une identité unifiée et imaginer un bâtiment réservé à la création, avec une ouverture sur l’extérieur, car également voué à redynamiser le secteur », s’est enthousiasmé Bjarke Ingels lors d’une visite du chantier début février.

L’équipe imagine alors un bâtiment en mouvement avec deux jambes. A gauche l’Oara, sur 3 600 m2 (salle de 23 m de hauteur avec une scène de 310 m2 , un balcon et une fosse d’orchestre) ; à droite l’agence Ecla avec 1 900 m2 (salle de projection de 80 sièges) ; et au milieu le Frac (réserves, salles d’exposition et auditorium, le tout sur 4 600 m2 ). Au cœur du bâtiment, à 5 m du sol, les archi tectes ont par ailleurs conçu une « chambre urbaine », un passage entre ville et quais, accessible en permanence par de grandes rampes qui pourront, elles aussi, être investies par les promeneurs dès juillet 2018.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X