Régions Nouvelle-Aquitaine

La ligne à grande vitesse file au rythme de la biodiversité

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Démarche environnementale - Politique du logement - Transport ferroviaire

8 344 logements neufs vendus en 2016 dans l’aire urbaine de Toulouse (+ 24 % sur un an).Source : Observer/FPI Midi-Pyrénées.

120 communes participent à l’opération Cocon 33, soit l’isolation des combles de 600 bâtiments publics en Gironde.

42,6 M€ Montant des aides versées par l’Ademe en Occitanie en 2016 (339 projets soutenus).Source : Ademe Occitanie.

L’inauguration, le 28 février, de la ligne à grande vitesse (LGV) Sud Europe Atlantique à Villognon (Charente) a été l’occasion pour les officiels, dont le président de la République, de saluer les vertus économiques du projet, structurantes pour le territoire. Mais Lisea, le concessionnaire de la ligne qui s’étend sur 340 km, traversant 13 communes et six départements, a aussi travaillé sur son empreinte environnementale. Comme la loi Biodiversité l’y oblige, le maître d’ouvrage doit « éviter, réduire et compenser ». Il a donc créé 800 ouvrages destinés aux 223 espèces répertoriées sur l’emprise du chantier. « Nous avons réalisé des corridors permettant aux animaux de traverser la LGV, avec l’installation de pierres et de souches pour faciliter le passage des reptiles et des insectes », explique Thierry Charlemagne, directeur environnement et développement durable chez Lisea.

3 500 ha pour assurer la compensation. Le concessionnaire a dû aussi « compenser », en trouvant 3 500 ha pour recréer la biodiversité impactée par le chantier : 1 700 ha sont déjà validés, 600 ont fait l’objet d’un dépôt auprès des services de l’Etat et 1 200 ha sont en cours de diagnostic. Lisea a acheté des terrains à proximité du chantier (20 %) ou établi des conventions avec des propriétaires agricoles (80 %) afin qu’ils accueillent et préservent la biodiversité, en consacrant une parcelle à la faune, par exemple. Même si les démarches ont été engagées dès le début du projet, il est encore trop tôt pour évaluer les résultats. « On constate, par exemple, que la population des outardes canepetières [une espèce d’oiseau menacée, NDLR] se stabilise, mais nous restons prudents car le délai est court, précise Thierry Charlemagne. On a sous-estimé le temps nécessaire pour le partenariat et les diagnostics écologiques. » Il y a aussi des imprévus. Comme dans le marais de la Virvée (Gironde), où une parcelle convoitée par Lisea a finalement été cédée à un agriculteur. Trouver du foncier pour recréer de la biodiversité est difficile, d’autant que pour certaines espèces fragiles, comme le vison d’Europe, il faut compter 700 ha compensés pour 70 ha impactés. Selon la Fédération des sociétés pour l’étude, la protection et l’aménagement de la nature dans le Sud-Ouest (Sepanso), les mesures compensatoires ne remplacent pas la perte, « même si elles peuvent être bien gérées », reconnaît Philippe Barbedienne, directeur de la Sepanso Aquitaine. Il constate d’ailleurs que les mesures prises par Lisea n’ont pas empêché la condamnation, en septembre, dernier de Cosea, la structure chargée des travaux, et de DTP, son sous-traitant en charge du terrassement, pour exécution de travaux nuisibles à l’eau et au milieu aquatique et non-déclaration d’incident.

« Il s’agit d’un seul site sur 340 km de ligne, et Cosea a mis en œuvre des mesures correctives en consolidant la berge et en agrandissant le bassin d’assainissement », se défend Thierry Charlemagne. Pour la Sepanso, « il est important d’étudier l’utilisation de l’existant, car notre territoire n’est pas une ressource renouvelable et on arrive à la limite ». L’association a d’ailleurs déposé l’un des six recours contre le décret d’utilité publique des lignes Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X