Régions Rennes

La gare mise à nu par les travaux de démolition

Mots clés : Gares, aéroports - Réglementation - Travaux publics

5 % Part de la conception-réalisation dans la commande des bailleurs sociaux ligériens (45 opérations).

3,5 mois Niveau du carnet de commandes, en valeur, des entreprises bretonnes de travaux publics au 3e trimestre 2016.

619 240 Nombre d’habitants que compte Nantes Métropole (+ 7 500 en un an).

Source : dernier recensement de l’Insee.

Pas de trêve des confiseurs pour les équipes de la société SDIGC. A la fin janvier, les travaux de déconstruction de la gare de Rennes devront être achevés. En dépit des fêtes de fin d’année et du trafic voyageurs forcément accru, les équipes se doivent de tenir le calendrier, la mise en service de la ligne à grande vitesse étant programmée en juillet 2017.

Depuis la fin novembre, trois pelles mécaniques, dont une à bras articulé de 35 mètres, ont démarré la démolition du parvis nord et du hall voyageurs. Des tunnels provisoires d’accès à la gare et au métro desservent déjà les quais et les espaces voyageurs depuis le mois d’octobre. Symboliques, les charpentes métalliques qui encadraient le fronton, comportant le lettrage « Gare de Rennes » et l’horloge, ont disparu. Les opérations s’achèveront par l’ultime démolition de la dalle du hall (200 m2 et 1,50 m d’épaisseur), qui sera attaquée au brise-roche hydraulique. Seule la dalle de couverture des voies sera conservée dans le projet et transformée en plate-forme voyageurs.

Lien entre le nord et le sud de la ville. En partie réalisées de nuit afin d’écarter le risque d’incident pour les usagers, ces phases successives de dépose laissent aujourd’hui apparaître la silhouette ondulante du fameux paysage construit imaginé par l’agence Arep. Cet espace paysager en pente douce rejoindra le lien urbain qui enjambe, tel un trait d’union entre le nord et le sud de la ville, les voies de chemin de fer (les deux nouvelles en cours d’achèvement et une troisième en cours d’extension). Côté parvis nord, cette « colline » sera végétalisée, puis traitée en ETFE dans sa partie haute. Ces petits coussins gonflables légers et translucides font une belle percée dans l’architecture contemporaine, (Allianz Arena de Nice, Frac de Dunkerque, etc. ). En l’occurrence, l’usage de ce parement pour l’habillage du futur cheminement a nécessité le dépôt d’une appréciation technique d’expérimentation (Atex) afin de vérifier sa résistance à l’accumulation de neige.

Pascal Croce, responsable de l’opération (maîtrise d’ouvrage SNCF Gares et Connexions), souligne la complexité de ce vaste chantier, inhérente à un phasage serré des travaux et à l’enchevêtrement des ouvrages du métro et de la future gare. D’autant qu’il s’agit, ici, d’un site fortement occupé. La pose du lien urbain et de son tablier de béton qui franchit les voies avait nécessité la fermeture de la gare deux week-ends consécutifs en janvier 2016.

Cette imbrication de chantiers gare-métro a donné lieu depuis mai 2016 à trois allers-retours entre les différentes équipes de maîtrise d’œuvre en raison des quatre points d’appui entre les ouvrages. Notamment au niveau de la salle d’échanges multimodale, une surface de 2 000 m2 située au-dessous des quais, qui articulera trois modes de transport en commun : train, métro et bus. Mais, pour cela, il faudra attendre 2020. On ne parlera plus alors de gare de Rennes mais de pôle d’échanges multimodal, capable d’accueillir deux fois plus de passagers. Soit environ 120 000 par jour.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X