Régions Yvelines/Hauts-de-Seine

La fusion officiellement demandée

Du rapprochement, ils ont sauté le pas vers la fusion !

Vendredi 30 juin, à Versailles et Nanterre, les conseillers départementaux des Yvelines et des Hauts-de-Seine ont conjointement demandé à former une unique collectivité territoriale. Dix-sept mois après la mise en place de l’établissement public interdépartemental (EPI), qui a fait office d’outil de préfiguration, Pierre Bédier et Patrick Devedjian, respectivement présidents (LR) des conseils départementaux des Yvelines et des Hauts-de-Seine, ont donc décidé d’accélérer le processus. Si l’EPI a démontré « son intérêt et ses bénéfices », selon Patrick Devedjian, il n’est pas exempt de « lourdeurs », notamment sur le plan du personnel, estime Pierre Bédier.

La fusion n’est pas encore actée pour autant. La balle se trouve désormais dans le camp du gouvernement, auquel les demandes ont été transmises. Pour l’heure, les deux collectivités se disent sans certitude même si les contacts avec le préfet de région ont été « très positifs ».

Un budget de 3,4 milliards d’euros. Si le gouvernement donne son feu vert, un décret en Conseil des ministres fixera les modalités de la fusion : le calendrier, le nom du futur département, son numéro, ainsi que la ville préfecture. Le nombre d’élus ne changera pas, mais celui des vice-présidents passera, en revanche, de 25 (répartis sur les deux départements) à 15. La masse salariale restera identique, les postes en doublon ne seront supprimés qu’en cas de mutations ou de départs en retraite. Le nouveau département comptera 3 millions d’habitants, répartis dans 298 communes (dont 162 rurales). Les 9 930 agents et 88 élus auront à gérer un budget de 3,4 milliards d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X