Régions Besançon

La friche Rhodia reconvertie en parc urbain

Le désamiantage réalisé depuis début juillet par le groupement DSD Démolition-4 D engage la nouvelle vie de l’ancienne usine chimique Rhodiaceta. Quatre équipes pluridisciplinaires menées chacune par un paysagiste (1) sont chargées de concevoir sa reconversion. Devenue propriétaire en 2015 pour l’euro symbolique du site de 5 ha le long du Doubs, la Ville de Besançon veut en faire un parc urbain naturel qui conserve l’empreinte des fondations des bâtiments fermés depuis trente ans et propose des cheminements jusqu’à la rivière. La dépollution des sols utilisera des techniques d’absorption par les plantes. Quelque 4 000 m2 de bâtis seront conservés à titre de mémoire, dont l’usine de soierie d’origine et une partie de la « cathédrale », une tour de 30 m.

Calcul numérique des gravats. Prévus en 2019, les aménagements du parc paysager et la sécurisation des bâtiments conservés sont estimés à 2 M€ TTC. Cette facture s’ajoute aux 2,237 M€ TTC de la démolition et du désamiantage qui portent sur une emprise au sol de 27 000 m2 de bâtiments de 20 m de haut. Evalué grâce à un modèle numérique à partir de relevés laser et par drone, le volume de gravats atteindra 32 000 m3, essentiellement du béton armé. Son évacuation par camions et par barges constitue un poste important pour le groupement Colas, Ferrari, Heitmann et Fils qui démarrera la déconstruction fin 2017.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) MAP Métropole Architecture Paysage, Orizhome Paysage et Territoire, Après la Pluie et Au-delà du Fleuve.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X