Territoires Marseille

La Friche La Belle de Mai passe à l’habitat participatif

C’est une expérience unique menée depuis deux décennies : la reconquête urbaine d’un ancien site industriel (une manufacture des tabacs de la Seita) transformé par des activités de création et d’innovation artistique et culturelle. Sur la Friche La Belle de Mai se poursuit le processus de reconstruction alternative d’un « bout de ville », au cœur du 3e arrondissement de Marseille, le plus déshérité de la cité phocéenne. La démarche, menée sur une parcelle de 4 hectares avec 45 000 m² de surface bâtie, a déjà permis d’aménager, sous la houlette de Patrick Bouchain et de l’agence ARM Architecture notamment, des salles de spectacle, des lieux d’expositions, des ateliers d’artistes mais aussi une crèche associative, un skate park, des jardins, un restaurant, une librairie, la tour Panorama livrée pour « Marseille capitale européenne de la culture ». Sans oublier, symbole de l’ouverture du lieu, 20 000 m² de nouveaux espaces publics…

Le projet est porté, depuis 2007, par la société coopérative d’intérêt collectif (Scic) Friche La Belle de Mai, titulaire d’un bail emphytéotique administratif passé avec la Ville en 2011 et mis en œuvre au travers d’un schéma directeur d’aménagement. Au total, le lieu et ses acteurs ont réussi à drainer quelque 40 millions d’euros d’investissements dans sa transformation.

Du logement locatif social.

« Nous souhaitons à présent engager une nouvelle phase et rendre la Friche habitée, au travers d’un projet d’habitat participatif. Sa spécificité est qu’il sera un projet d’habitat social locatif impliquant les usagers dès le début puis à toutes les étapes de l’opération », explique Thomas Poisson, responsable immobilier et aménagement à la Scic Friche La Belle de Mai. Le programme envisagé sur une parcelle au nord-est du site est modeste (une trentaine de logements, sociaux et pour étudiants), mais l’initiative doit permettre d’expérimenter de nouveaux modes de production du logement (montage du projet, conception des bâtiments, procédés constructifs, participation au chantier, etc.) avec de réels échanges collaboratifs entre usagers et porteurs du projet. Pour cette opération, la Scic s’est associée à Sud Habitat et à Maison familiale de Provence et partagera la maîtrise d’ouvrage. « Nous sommes dans la phase d’élaboration d’un préprogramme qui sera suivi ensuite d’une consultation de maîtrise d’œuvre. Le projet devrait voir le jour sous trois ans », précise Thomas Poisson.

En attendant, la Friche se prépare à recevoir, à la rentrée, un nouvel équipement, l’Institut méditerranéen des métiers du spectacle, financé par la région, la Ville et la Scic (7 millions d’euros HT). Cet ensemble de 2 500 m² signé du cabinet Duchier-Piétra Architectes sera doté notamment d’un atelier théâtre. Avant la fin de l’année sera également aménagé, dans « Les Magasins », un nouveau centre de création musicale (5 000 m² et une extension) conçu par ARM Architecture.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X