Enquête

La filière des travaux Gérer les priorités au cœur de l’action

Des bâtiments qui sortent de terre, des routes qui se construisent, des réseaux qui se déploient… Les métiers de la filière travaux permettent de participer à des projets que l’on peut toucher du doigt. Si cet univers attire souvent les débutants, les conditions de travail n’y sont pas les plus faciles. Le travail intègre une certaine forme de “ nomadisme ”. De plus, les chantiers démarrent tôt le matin, en général entre 7 h et 8 h, et les encadrants sont priés d’arriver avant les équipes de production. Avoir de bonnes qualités relationnelles est en outre primordial pour dialoguer avec les équipes, les clients, les intervenants extérieurs, ou encore les riverains d’un chantier.

Impossible, par ailleurs, d’envisager de rejoindre les travaux sans avoir une conscience aiguë de l’importance des problématiques liées à la sécurité. Un domaine de premier rang, qu’il faudra apprendre à piloter.

L’un des métiers phares de la filière est celui du conducteur de travaux. Il est responsable de la gestion financière du chantier et des approvisionnements, et encadre les chefs de chantier. Ce professionnel est aussi en relation avec les clients et le maître d’œuvre, et doit savoir trouver des solutions rapides aux problèmes qui se posent… Une fonction très prenante, que les débutants occupent souvent en binôme avec un professionnel expérimenté, pour découvrir les ficelles du métier. L’ingénieur travaux exercera à peu près les mêmes fonctions : les entreprises recourent parfois à cet intitulé pour le distinguer du conducteur de travaux, poste également accessible avec de l’expérience sans diplôme d’ingénieur. Le poste de chef de chantier, quant à lui, est accessible aux bac + 2, de plus en plus souvent à l’issue d’une alternance. Dans le second œuvre, les chargés d’affaires orchestrent un ou plusieurs projets, et gèrent un portefeuille de clients. Leurs journées de travail se partagent entre le chantier et leur bureau. Nombreuses sont les entreprises qui proposent des parcours d’intégration prévoyant un passage par les études, même pour ceux qui se destinent aux travaux. Et vice versa ! Une bonne manière de s’ouvrir à la polyvalence et de mieux comprendre l’acte de construire dans son intégralité.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Stéphanie Madinier, DRH de Balas, 800 salariés

Ma vision du métier

Travailler sur le chantier, c’est avoir la capacité d’échanger avec différents interlocuteurs (compagnons, clients, architectes, inspecteurs du travail…). Le chantier exige d’être proactif, pragmatique, d’anticiper les solutions, et d’intégrer très vite les contraintes de délais et les exigences de sécurité.

Mes conseils pour l’entretien d’embauche

Un discours direct et franc démontre de la maturité, et un goût pour le concret et le terrain. Un candidat peut projeter à moyen terme un retour dans sa région d’origine, un départ à l’international, et cependant s’engager auprès de nous. C’est une bonne chose aussi de communiquer sur ses activités extraprofessionnelles, cela indique un équilibre personnel et professionnel, et peut révéler des aptitudes.

Et pour débuter ?

Gagner la confiance de l’équipe commence par savoir dire bonjour : une poignée de main fermeet une attitude ouverte donneront aux compagnons l’envie de transmettre leur savoir-faire.La légitimité s’acquiert en étant respectueux de chacun, et en montrant son envie d’apprendre.

Les pièges à éviter

Il ne faut être ni trop timide ni trop sûr de soi. L’humilité, l’écoute et le respect des autres sont indispensables, car les compagnons possèdent une expertise que le jeune n’a pas. Plus tard, il sera amené à diriger des personnes qui lui auront beaucoup appris.

Un conseil de management

Il est important que chacun garde sa place et comprenne son rôle. La performance collective passe avant tout par un travail en équipe réussi où chacun remplit sa mission. La rigueur, l’exemplarité, et la reconnaissance sont en outre des bonnes bases de management.

ENCADRE

Benjamin Pierotti, adjoint du directeur du développement des RH, groupe Eiffage, 70 000 salariés (monde)

Ma vision du métier

Nous cherchons des entrepreneurs dans l’âme : les professionnels doivent donc faire preuve d’autonomie, tout en bénéficiant d’un encadrement et de la transmission des compétences. Le travail d’équipe est également fondamental. Il convient aussi d’être polyvalent et très rigoureux sur la sécurité.

Mes conseils pour l’entretien d’embauche

Restez vous-même, c’est le meilleur moyen de trouver un poste ou un stage qui vous corresponde.Par ailleurs, dans ces métiers, les déplacements, au moins au niveau régional, sont inhérents à l’activité. Choisissez donc votre mission en fonction de son intérêt, et non de sa localisation.

Et pour débuter ?

La curiosité est une excellente qualité pour apprendre le métier. La transmission se fait par les professionnels plus expérimentés : il faut donc être à l’écoute. Nous attendons aussi des personnes réactives et débrouillardes, capables d’adapter le projet en permanence en fonction du contexte et du planning.

Les pièges à éviter

Le travail en équipe reste la base des métiers de chantiers. Ce serait donc une erreur d’adopter une attitude irrespectueuse à l’égard de quiconque sur le chantier, d’oublier que l’on a des choses à apprendre de tous.

ENCADRE

Raphaëlle Heymann, responsable relations écoles, Colas, 38 000 salariés

Ma vision du métier

Les métiers des travaux comportent beaucoup de responsabilités. Nous attendons des jeunes professionnels qu’ils soient polyvalents, aient l’esprit entrepreneurial, sachent gérer les priorités, piloter la sécurité, et les marges financières.

Mes conseils pour l’entretien d’embauche

Il faut vraiment éviter l’attitude client, qui consiste à poser des questions du type « que me proposez-vous ? ». Une attitude à la fois agaçante et inquiétante, car elle traduit un manque d’intérêt et de motivation. J’attends que les candidats se soient renseignés sur notre groupe, je leur poserai des questions très précises à ce sujet.

Et pour débuter ?

Un chantier présente toujours différents problèmes qui, tous, convergent vers l’encadrant à qui sera posée la question : « Que fait-on ? ».Les professionnels doivent savoir prendre leurs responsabilités et trouver des solutions.

Les pièges à éviter

Il est important de se faire accepter par les équipes en adoptant la bonne attitude. L’approche est délicate, puisque les jeunes professionnels seront en situation de manager des personnes ayant souvent l’âge de leurs parents… Aussi, sous-entendre « je ne prends pas la pelle et la pioche car je sors d’une école d’ingénieurs », est généralement une mauvaise idée !

ENCADRE

Céline Pomathiod, DRH du groupe Floriot (BTP), 320 salariés

Ma vision du métier

Le chantier rassemble des professionnels de la production, qui travaillent ensemble et dehors toute l’année. Il faut donc aimer le travail en équipe. Chaque jour permet de voir la progression d’un projet, c’est une réelle satisfaction.

Mes conseils pour l’entretien d’embauche

Beaucoup de candidats appellent avant l’entretien pour dire qu’ils sont perdus et seront en retard. Ce n’est pas rédhibitoire, mais un futur encadrant sera amené à changer de chantier régulièrement, d’y arriver très tôt, donc de s’organiser en conséquence.

Et pour débuter ?

L’encadrant de chantier doit donner envie à son équipe de travailler, une personnalité de leader est donc toujours appréciée, mais ce n’est pas la seule qui convienne ! Une personne bien organisée, à l’écoute, capable d’échanger individuellement et de respecter ses engagements, imposera sa légitimité. D’autant que le caractère s’affirme avec les années.

Une bonne question à se poser avant de s’orienter

Les métiers de la filière travaux amènent à se déplacer souvent, car les chantiers ne sont jamais au même endroit. Plus l’entreprise est grande, plus elle est susceptible d’intervenir loin, jusque dans d’autres pays. Le jeune diplômé doit donc avoir intégré ce paramètre dans son projet professionnel et de sa vie privée.

Soyez curieux !

Si un candidat ne me pose pas de questions en entretien, je penserai qu’il ne se projette pas dans l’entreprise. Les plustimides peuvent les préparer en avance. Même lorsque l’on multiplie les candidatures, il est important de les suivre et de se renseigner sur le parcours de son CV.

ENCADRE

Claire Schnoering, directrice du développement RH de Vinci Construction France, 24 000 salariés

Ma vision du métier

Le chantier est un univers passionnant qui implique des journées denses, mais aussi une grande liberté d’organisation pour l’ingénieur ou le conducteur de travaux. L’intensité n’est néanmoins pas continue, certaines périodes de l’année sont plus légères.

Mes conseils pour postuler

Aujourd’hui, le candidat doit être présent sur les réseaux sociaux professionnels. Cela lui permettra notamment de suivre l’actualité des entreprises, un atout en entretien. Il reste en outre incontournable de se préparer à cet exercice, mais pas au point de perdre sa spontanéité. Les débutants sortants d’école ont un profil similaire, je cherche donc à connaître leur personnalité. Et attention aux confusions : il n’est pas rare en entretien que l’on m’évoque des projets… de concurrents !

Et pour débuter ?

Le jeune professionnel devra être pragmatique, identifier les priorités, et savoir s’adapter à tous types d’interlocuteurs. Ne pas mettre la sécuritéau premier plan serait rédhibitoire : la formationest obligatoire pour tous les nouveaux entrants, et toute situation dangereuse doit être identifiée.

ENCADRE

Pauline Azoug, responsable relations écoles et recrutement des débutants chez Léon Grosse, 2 300 salariés

Ma vision du métier

Les encadrants de chantier passent toutes leurs journées dehors, à suivre les équipes et à construire avec elles. Le management des hommes est un domaine où on progresse avec l’expérience, au même titre que la compréhension des problématiques mais il faut, au départ, avoir l’envie d’apprendre.

Mes conseils pour l’entretien d’embauche

« Je sais que je n’ai pas suivi la meilleure formation, que je n’ai pas beaucoup d’expérience… » Stop, il ne faut pas se mettre de bâtons dans les roues ! J’attends une attitude positive. Par exemple montrer qu’un stage, même peu productif, a permis de comprendre le fonctionnement de l’entreprise. Il faut aussi travailler ses arguments : « Je m’intéresse au BTP : petit déjà, je jouais aux Lego », je l’entends régulièrement, mais cela reste une anecdote.

Et pour réussir sa prise de poste ?

Je conseille de passer beaucoup de temps sur le chantier, pour voir comment se font les choses et être capable, ensuite, de les anticiper. La sécurité reste un sujet non-négociable. Même débutant, un encadrant a l’autorité pour imposer le port des équipements de sécurité et la sécurisation d’une zone.

Un autre conseil pour débuter

Nous attendons aussi d’un conducteur de travaux qu’il ait envie d’innover : il sort de cinq ans d’études et connaît de nouvelles méthodes, de nouveaux matériaux, mais aussi des façons d’améliorer la sécurité et de travailler plus vite.

Mon conseil pour postuler

Quand un candidat indique, en entretien d’embauche, qu’il est motivé à la fois pour les études et les travaux, je ne vais pas choisir pour lui. Il vaut mieux se positionner sur un métier, quitte à préciser durant l’entretien téléphonique, que l’on est ouvert à d’autres filières, ce qui se comprend aussi pour un débutant.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X