Territoires Nord-Pas-de-Calais-Picardie

La FFB soumet 10 propositions à la future assemblée régionale

«La région constitue un acteur économique central pour le secteur du bâtiment, situation que la réforme territoriale ne peut que renforcer. Sur le chemin incertain de la reprise, entreprises et artisans ont donc plus que jamais besoin du soutien des décideurs régionaux. Cet appui passe d’abord par la commande publique qui, en période de crise, joue un rôle contracyclique majeur. La baisse des dotations de l’Etat ne saurait se traduire par un arrêt brutal des investissements, sauf à condamner le territoire à une mort économique certaine. Or, les professionnels constatent à regret la baisse de la part de l’investissement, en Nord-Pas-de-Calais comme en Picardie, au profit des dépenses de fonctionnement (une dérive de 90 millions d’euros depuis 2010). »

C’est ainsi que débute le courrier qui a été envoyé, le 9 octobre dernier, par la FFB Nord-Pas-de-Calais-Picardie aux trois principaux candidats aux élections régionales : Pierre de Saintignon (PS), Xavier Bertrand (LR) et Marine Le Pen (FN). Un document regroupant dix propositions destinées à « promouvoir la reprise de l’activité et de l’emploi » et assorti d’une invitation à venir débattre avec la famille du BTP. Aucun des destinataires n’a donné suite à cette initiative, ce qui ne manquera pas d’interpeller alors que le bâtiment perd chaque année 2 500 emplois dans la région et que rien n’indique qu’on ait touché le fond. Plus chanceux, le Medef Nord-Pas-de-Calais a pu, pour sa part, échanger avec les trois candidats dans le même format.

Pas de polémique.

Néanmoins, Olivier Tommasini, le président de la section nordiste de la FFB, se refuse à polémiquer : « Entre-temps, la présentation du projet de loi de finances 2016 – qui déjà ne rogne pas sur les crédits accordés au bâtiment – et le renforcement du PTZ ont apporté des réponses à un certain nombre de nos demandes. Cette lettre a également servi de point d’appui de discussion au gré des rencontres entre nos réseaux et la sphère politique. »

Que propose la fédération à la future assemblée ? La mise en place d’une procédure de détection et d’élimination des offres anormalement basses ; un renforcement du partenariat en matière de formation et du financement des six CFA de la région (3 200 apprentis) ; une majoration des avances sur marchés jusqu’à 20 %, voire 30 % ; la comptabilisation de l’apprentissage au titre des clauses d’insertion ; l’élargissement du champ des aides à la transmission-reprise à l’ensemble des entreprises du bâtiment ; la mise en place de dispositifs financiers incitatifs tournés vers le développement durable ; une implication croissante de la collectivité dans le développement touristique du territoire ; une adaptation rapide des bâtiments régionaux aux exigences en termes d’énergie et d’accessibilité ; un appui au nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) ; une utilisation optimale des fonds européens en direction de la transition énergétique. « On nous a écoutés », estime Olivier Tommasini. Entendus ?

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X