Régions Marcq-en-Barœul

La FFB plonge les PME en immersion numérique

Mots clés : Accessibilité - Contrat de projet Etat-région - Gares, aéroports - PME

892 M€ Somme engagée par la région Normandie pour l’achat de rames ferroviaires.

91 600 m2 Surface de bureaux placés à Lille au 1er semestre 2016, soit le 2 marché hors Paris, derrière Lyon.

3 M€ Montant du chantier de la mise en accessibilité de la gare d’Abbeville (CPER 2007-2013).

La révolution numérique est en marche. « Demain, les réunions de chantier se feront devant un écran tactile et les tablettes se nicheront dans les boîtes à outils, prédit Patrick Leblanc, responsable des affaires techniques de la Fédération française du bâtiment (FFB) du Nord-Pas-de-Calais. Si les entreprises ne s’emparent pas du numérique, elles deviendront vite dépendantes de celles qui le maîtriseront, au risque de devenir de simples exécutantes. » C’est pourquoi la FFB a inauguré, le 28 septembre, à Marcq-en-Barœul (Métropole européenne de Lille) sa première salle immersive en région. Pas moins de 100 000 euros ont été investis dans cet équipement destiné à faire monter les entreprises en compétences. A l’intérieur, tout le matériel nécessaire pour s’initier à la démarche Building Information Modeling (BIM) de la conception à l’exploitation, tâter de la maquette numérique, découvrir les logiciels Autocad et Revit, ou se familiariser avec le scan 3D.

Sortir le BIM du parisianisme.

« Cette salle s’adresse à tout un chacun, aux habitués des gros chantiers comme aux PME positionnées sur les petits projets de rénovation, précise Olivier Tommasini, président de la FFB Nord-Pas-de-Calais. L’idée, c’est de prendre la petite boîte par la main, à partir de son lot précis, de lui mettre le pied à l’étrier et de l’aider à adapter ses offres aux marchés du futur, sur le plan commercial comme sur le plan technique. Dans un proche avenir, les offres s’effectueront en BIM. Les entreprises qui ne seront pas prêtes perdront systématiquement les marchés. C’est notre rôle à la FFB de les préparer avant que n’intervienne la contrainte réglementaire. Grâce à la mutualisation, nous mettons ici à leur service des outils dont ne disposent même pas certains majors ! » Trois espaces s’offrent ainsi aux « apprentis » : un premier immersif avec un écran de 3,5 x 2 mètres, un deuxième dédié aux chantiers tests et un troisième consacré à la formation aux différents logiciels. Pierre Mit, le président de Mediaconstruct, qui milite depuis des années pour sortir le BIM de son « parisianisme », ne peut que se féliciter de l’infusion de cette culture au niveau régional : « Chacun va pouvoir tester dans cette salle les outils adaptés à son métier et à ses chantiers. La maquette numérique apporte de la transparence mais elle ne remplace pas le savoir-faire. C’est pourquoi il faut s’engager progressivement dans la démarche BIM sans avoir peur, d’abord en tant que spectateur puis en tant qu’acteur. Cet espace est précieux car c’est un endroit neutre, qui va permettre à ses utilisateurs non seulement de se former mais également de mieux définir leurs besoins avant d’investir, loin des pressions mercantiles environnantes. » D’autres outils, tels que des drones permettant d’effectuer des relevés, viendront très vite enrichir l’offre. « Cette salle est un concept tout à fait pertinent pour commencer à pratiquer le numérique », se réjouit Bertrand Delcambre, président du Plan de transition numérique du bâtiment. A la veille de fusionner avec sa voisine de Picardie, la FFB Nord-Pas-de-Calais indique la direction à suivre.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X