Enjeux 6/7

La famille Brodbeck, l’architecture en harmonie

Mots clés : Architecture - Manifestations culturelles

Chez ces architectes alsaciens, la musique est plus qu’un hobby. Elle constitue une source d’inspiration pour leur pratique professionnelle et leurs valeurs.

Dès l’accueil, on devine que l’agence d’architecture AMRS, à Flaxlanden (Haut-Rhin), sort de l’ordinaire. Nous sommes en effet dans une ancienne salle de spectacle, où le parterre a été transformé en open space, la scène en salle de réunion, la trappe du souffleur en local informatique… « Notre arrière-grand-père a participé à la construction du bâtiment dans les années 1920, et notre grand-père l’a rénové vers 1950. Mon frère Philippe et moi-même y avons joué au sein de l’orchestre local où j’ai rencontré Céline, qui allait devenir ma femme », raconte Jean-François Brodbeck, l’un des fondateurs de l’agence.

Chez les Brodbeck, musique et architecture se conçoivent en famille. Associés au sein d’AMRS, Jean-François (trompette), Philippe (cor) et Céline (clarinette) partagent toujours les bancs de l’Orchestre d’harmonie de Mulhouse (OHM), où officie également le père, Jean-Jacques (saxo). Répétitions et concerts constituent une source d’inspiration dans la pratique professionnelle des Brodbeck.

Un langage commun.

« Architecture et musique partagent un vocabulaire commun : on y parle de matières, de couleurs, de rythmes et de nuances… La musique nous a permis d’échapper à certains codes architecturaux, pour trouver notre propre voie », résume Céline. Le fonctionnement de l’agence lui-même est atypique pour une structure d’une douzaine personnes. « Nous intégrons des compétences très variées : deux économistes, une juriste, des dessinateurs projeteurs, un architecte spécialiste des relevés, un autre qui se consacre aux grandes échelles… Comme dans un orchestre, tout le monde ne s’exprime pas en même temps, mais chacun apporte sa contribution à un moment donné de la partition », sourit Jean-François.

La tradition alsacienne des orchestres de village est une école de vie pour les associés d’AMRS. « On y apprend à faire preuve d’humilité : tout le monde peut avoir un jour sans inspiration, faire une fausse note… », observe Céline. « Dans un orchestre, les meilleurs musiciens ne réussissent que s’ils savent partager leur vision avec les autres. C’est la même chose pour l’architecte sur le chantier : ce qui compte, ce n’est pas la compétence individuelle mais la capacité à produire ensemble un objet social dont on sera fier », poursuit Jean-François. Le fondateur d’AMRS est aussi impliqué dans des organisations professionnelles. Si ses différents engagements réduisent le temps qu’il peut consacrer à la trompette, il devrait tout de même participer à plusieurs concerts avec l’OHM et le Brass Band Grand Est, une formation qui réunit une trentaine de musiciens professionnels de la région.

La semaine prochaine, le portrait de Serge Hugon, spécialiste en étanchéité et sculpteur.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X