Régions Stratégie

La Défense se réinvente

Mots clés : Urbanisme - aménagement urbain

Aménageur du quartier d’affaires de La Défense et du territoire Seine Arche à Nanterre, l’Epadesa a adopté un plan d’actions sur dix ans. Objectifs : ouvrir le pôle tertiaire à son environnement, développer la mixité, l’urbanité…

A bientôt soixante ans, La Défense, premier quartier d’affaires européen avec 3,5 millions de m2 de bureaux, séduit encore les utilisateurs comme les investisseurs. Plus de 250 000 m2 de bureaux devraient être placés en 2016, soit le meilleur score depuis les années « historiques » de 2006 et 2007. Et les investissements réalisés au premier semestre, d’un montant de plus de 1,5 milliard d’euros, ont été multipliés par cinq par rapport à la même période de l’année dernière.

Autre illustration de l’attractivité du plateau d’affaires : les projets de construction neuve et de restructuration déjà lancés ou qui le seront dans les mois à venir représentent 1 million de m2 . S’ils se félicitent de ces bons chiffres, les responsables de l ‘Epadesa (Etablissement public d’aménagement de La Défense Seine Arche) n’en restent pas moins convaincus que, pour rester attractif et affronter la concurrence mondiale de pôles tertiaires plus récents (Canary Wharf à Londres, Gangnam à Séoul… ), le quartier d’affaires de l’Ouest parisien doit se renouveler. « Le modèle monofonctionnel de La Défense doit être repensé, estiment-ils. Il faut replacer la qualité de vie des usagers au cœur du projet, réintroduire de la vie,  » faire ville ». »

Animer les pieds de tour. Au cours de la dernière décennie, Londres, New York, Dubaï, Shanghai… ont opéré cette mutation. Mais pas La Défense qui a bien enclenché une nouvelle stratégie mais sous le seul angle immobilier. Pour transformer le business hub en social hub, l’Epadesa a élaboré en 2015 une stratégie à dix ans, validée par les collectivités locales concernées. Elle repose sur cinq piliers principaux : ouverture du quartier d’affaires à son environnement, logement, modernisation (rénovation des tours), transition énergétique et rayonnement international.

En fait, la moitié des quelque 60 actions du plan était déjà engagée au moment de son adoption. Comme, par exemple, « l’ouverture des pieds de tours aux usages d’animation et de convivialité ». Depuis plusieurs années déjà, l’Epadesa s’attache en effet à convaincre les promoteurs et/ou les investisseurs qui lancent la construction d’une tour ou sa restructuration d’intégrer un commerce, un équipement accessible au public en rez-de- chaussée. Certains projets sont même déjà quasiment achevés comme la promenade piétonne des Jardins de l’Arche qui reliera, début 2017, la Grande Arche à la U Arena, assurant ainsi la jonction entre la plate-forme historique circonscrite à l’intérieur du boulevard circulaire et le secteur Seine-Arche (les Terrasses), à Nanterre. « C’est un projet majeur d’ouverture, indique-t-on à l’Epadesa. Avec les Jardins de l’Arche, la Grande Arche ne finit plus le quartier d’affaires. Centrale, elle devient le pivot entre les deux pôles de l’Espace Défense Seine-Arche. » Autre projet emblématique dont les travaux ont déjà démarré : la reconfiguration de l’échangeur routier de la Rose de Cher-bourg en une promenade suspendue qui facilitera les liaisons entre la plate-forme historique et Puteaux.

Nouvelle gouvernance locale. Le quartier de La Défense est ainsi déjà largement « en mouvement ». C’est pourquoi l’équipe de l’Epadesa se montre plutôt confiante dans la poursuite de sa stratégie alors même qu’une nouvelle gouvernance de La Défense devrait se mettre en place en 2017. Au printemps dernier, le gouvernement a en effet décidé de fusionner l’Epade-sa, aménageur de La Défense Seine Arche, et Defacto, établissement public de gestion du quartier d’affaires, au sein d’un nouvel établissement public confié aux collectivités territoriales. Un regroupement qui devrait « faciliter le travail des opérateurs », selon l’Epadesa. Et qui participe à sa volonté de réinventer La Défense.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Chiffres-clés

564 hectares

Périmètre d’intervention de l’EPA La Défense Seine Arche.

160 hectares

Superficie du quartier d’affaires.

31 hectares

Superficie de la dalle et des cheminements.

42 000 habitants dont 20 000 à La Défense.

Plus de 500 entreprises.

180 000 salariés dont 160 000 à La Défense.

15 % de l’investissement tertiaire d’Ile-de-France.

45 000 étudiants.

245 000 m2 de commerces.

450 logements créés chaque année.

150 000 logements situés à moins de 20 minutes de la Grande Arche.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X