Territoires

La Défense Belle embellie sur le marché des bureaux

Après une année 2015 décevante, le marché des bureaux de La Défense a connu, selon BNP Paribas Real Estate, un « retournement complet » au premier semestre 2016. Au cours de cette période, 174 000 m2 ont été placés, soit autant que sur l’ensemble de l’année 2015. Huit transactions ont dépassé les 20 000 m2, et notamment celle de Saint-Gobain dans la future tour M2 (49 000 m2) et de Deloitte dans la tour Majunga (30 500 m2). « En ce début 2016, La Défense représente 15 % du volume placé en Ile-de-France », indique Guillaume Noulin, directeur Bureaux Location Ouest Ile-de-France chez BNP Paribas Real Estate. 60 % des transactions « moyennes surfaces » (entre 1 000 et 5 000 m2) concernent des entreprises déjà installées dans le quartier d’affaires qui prennent des locaux supplémentaires. Autre fait marquant, l’arrivée d’utilisateurs du secteur « péri-Défense » : « Puteaux et Suresnes notamment », ajoute-t-il.

Un taux de vacance de 8,3 %.

Conséquence : le taux de vacance est passé de 10,1 % fin 2015 à 8,3 % au 2e trimestre 2016. L’offre neuve immédiatement disponible atteint désormais 50 000 m2 (- 52 % en six mois) et le stock de seconde main, 238 000 m2 (- 10,1 %). Pour rappel, l’offre immédiatement disponible (neuf et seconde main) représentait 416 000 m2 fin 2013, soit un taux de vacance de 11,3 %.

Cette résorption du stock s’accompagne d’un creusement de l’écart entre loyer facial et loyer économique (effectivement payé après déduction des avantages consentis par le propriétaire au locataire, voir graphique ci-dessous). Fin juin 2016, il s’élevait à 28 % contre 17 % dans Paris QCA (Quartier central des affaires). « En cinq ans, les mesures d’accompagnement ont doublé », indique Guillaume Noulin. Le directeur Bureaux Location Ouest Ile-de-France met aussi en avant les efforts engagés par l’Epadesa et Defacto pour améliorer le cadre de vie des utilisateurs : création des jardins de l’Arche (en cours d’aménagement), projet « Table Square » (entre Cœur Défense et la tour EDF) qui proposera dès 2017 des espaces de restauration, ou encore « Oxygen » qui mêlera une offre de restauration avec des espaces de coworking, et susceptible, selon Guillaume Noulin « d’attirer la Net économie ». « La Défense devient the place to be », conclut-il.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X