Régions PARIS

La cour de la Grâce-de-Dieu densifiée et restructurée

Au 129-131, rue du Faubourg-du-Temple (Paris-X e ), I 3 F a livré la première tranche (45 logements) d’une opération complexe combinant construction neuve, surélévation, restructuration lourde et rénovation en site occupé. « Ce projet de la cour de la Grâce-de-Dieu illustre la manière dont on peut densifier une parcelle parisienne sans perturber la forme urbaine générale », souligne Yves Laffoucrière, directeur général d’I 3 F, maître d’ouvrage.

Avant les travaux, l’ensemble immobilier, acquis par le bailleur en 1978, se composait de 75 logements (70 % de T 1 et T 2) répartis sur cinq bâtiments construits entre la fin du XVII e et le début du XX e siècle, disposés de part et d’autre d’une cour pavée tout en longueur, typique des faubourgs parisiens. A l’issue du chantier, au deuxième trimestre 2015, l’îlot comprendra 90 appartements (60 rénovés et 30 neufs) à la typologie très variée. « Nous avons gagné près de 60 % de surface utile tout en maintenant la quasi-totalité des surfaces commerciales et artisanales, et en créant des locaux vélos et poubelles », indique François Brugel, l’un des architectes du projet.

Un immeuble « placard » de type R + 2

Un immeuble « placard » de type R + 2, en très mauvais état, et des ateliers ont été démolis. « La forme du vide nous a guidés pour la conception des deux bâtiments neufs qui les remplacent », déclare l’architecte, soucieux de continuer « l’histoire de cette petite société d’édifices ». Quant à la décision de surélever le bâtiment sur rue, elle s’est imposée peu à peu. « Au début, il ne s’agissait que d’une intuition. La surélévation permettait notamment d’assurer une continuité entre le bâti existant et les constructions neuves tout en offrant l’opportunité de surfaces supplémentaires », ajoute François Brugel. Parti retenu : une surélévation de deux niveaux, assez légère, en ossature bois, sans renforcement des structures inférieures. Six logements ont été créés (2,35 m de hauteur sous plafond) dont certains bénéficient d’une double orientation.
Au total, l’investissement s’élève à 12,4 millions d’euros HT : 2 100 euros HT/m 2 utile pour la construction neuve, 2 600 euros HT/m 2 pour la surélévation, et 1 780 euros HT/m 2 pour la réhabilitation. « Le surcoût pour la surélévation est compensé par le fait que nous n’avons pas de charge foncière à payer et que nous sommes dans l’hyper-centre parisien », commente Yves Laffoucrière.
Après cette première expérience, I 3 F étudie quatre autres projets de surélévation dans la capitale – avenue de Breteuil (VII e ) et rue du Dessous-des-Berges (XIII e ) avec les architectes Galiano et Simon ; rue Sambre-et-Meuse (X e ) et cours de Vincennes (XII e ) avec Lambert et Lénack – permettant la création d’une dizaine de logements.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maître d’ouvrage : I 3 F. Architectes : Patrick de Jean, Jérôme Marin et François Brugel. BET : Cabinet Bancon (structures), Cadence (fluides). Entreprise générale : Brézillon. Surface utile : 4 954 m 2 de logements et 1 502 m 2 de locaux commerciaux et artisanaux.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X