Autres

LA CONQUÊTE DU GRAND PARIS

Mots clés : Manifestations culturelles - Musées - galerie

Des premiers plans d’aménagement de la capitale à l’Atelier international du Grand Paris, le musée d’histoire sociale et urbaine de Suresnes retrace l’histoire d’une métropole toujours en devenir. Loin d’être un projet du XXIe siècle, le Grand Paris a déjà 130 ans ! La mise en perspective des étapes qui l’ont constitué permet de comprendre l’emprise de la capitale sur son territoire, et d’en saisir les enjeux futurs.

Pour se rendre à Suresnes depuis la capitale, il faut prendre soit le train à Saint-Lazare, soit le métro puis le tramway. Celui-ci s’arrête à l’ancienne gare de Suresnes-Longchamp, qui abrite aujourd’hui le musée d’histoire urbaine et sociale. « Aux origines du Grand Paris, 130 ans d’histoire », sa dernière exposition, vise à mettre en perspective l’histoire du Grand Paris, officialisé le 1er janvier 2016 par la création de la métropole. Chronologique et pédagogique, le parcours se décompose en sept étapes, de 1860 à aujourd’hui. A travers la déclinaison des plans d’aménagement successifs plus ou moins réalistes, il rappelle combien le rééquilibrage entre la capitale et sa banlieue est une question à la fois ancienne et complexe. Si le terme « Grand Paris » apparaît dès 1913, le premier plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension de la capitale, remporté sur concours par Léon Jaussely, est daté de 1919. Il prévoyait une répartition des activités par grandes zones spécialisées (commerce, habitat, industrie…), avec un périmètre délimité par deux grandes rocades.

En filigrane de l’exposition, peut se lire la mainmise politique de la capitale, illustrée par la lenteur des travaux de désenclavement de la périphérie, souvent étalés sur plusieurs décennies. A titre d’exemple, il faudra attendre trente ans pour que le métro atteigne la banlieue.

Quant à la multiplicité des acteurs, et au millefeuille administratif auquel doivent faire face les promoteurs du Grand Paris, là encore, aucune nouveauté. En 1924 déjà, le projet d’aménagement de Louis Bonnier « est traversé par de nombreux litiges entre la ville de Paris, les militaires, les compagnies de chemins de fer » et aboutira à « une architecture et un urbanisme hétéroclites ».

L’annexion de nouveaux villages

C’est donc par paliers et développements concentriques...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 257 du 13/02/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X