Concevoir & installer

La climatisation rénovée préserve les œuvres

Mots clés : Equipements techniques et finitions - Manifestations culturelles - Produits et matériaux - Rénovation d'ouvrage

Descriptif : rénovation de la climatisation du musée de la Révolution française •Durée : trois semaines (huit personnes) •Coût : 235 000 € • Spécificité : maintien des salles d’exposition en température et en hygrométrie

Aux portes de Grenoble et de l’Oisans, le domaine de Vizille accueille depuis 1983 le musée de la Révolution française. Aménagé à partir d’une ancienne forteresse, ce château réunit une collection d’œuvres d’art de la fin de l’Ancien régime jusqu’à la Troisième République. Le musée abrite notamment des peintures de grande dimension, très sensibles aux variations de température et d’hygrométrie. Les salles d’exposition étaient jusque-là climatisées par deux groupes de production d’eau glacée à condensation à eau (Carrier). Aucun équipement, excepté quelques déshumidificateurs portatifs en appoint, n’était prévu pour déshumidifier l’air. Le conseil général de l’Isère a saisi l’opportunité de la panne de l’un des groupes d’eau glacée pour remettre à niveau l’installation et remédier aux variations d’hygrométrie, dommageables pour les œuvres.

PAC eau/eau sur eau de rivière

Les groupes d’eau glacée en place fonctionnant encore au R22 (HCFC dont l’interdiction d’usage est programmée), le remplacement des deux unités a été décidé, y compris celle encore en fonctionnement. Le choix s’est porté sur deux refroidisseurs de liquide Daikin à condenseur à eau au R134a (HFC), d’une puissance unitaire de 117 kW froid (EER de 3,4, Eseer de 5,4) et de 151,8 kW chaud (COP de 4,4). Soit des puissances nominales (234 kW froid et 303,6 kW chaud) supérieures aux puissances préalablement installées (175 kW froid et 213 kW chaud). Tout le circuit hydraulique (pompes et vannes) a été changé jusqu’aux collecteurs de distribution.

Les deux PAC eau/eau remplacent les anciens équipements dans le local chaufferie. Deux machines équipées de compresseurs monovis semi-hermétiques, au lieu d’une seule plus puissante, ont été préconisées pour des raisons d’encombrement et de sécurité de fonctionnement. Installés en cascade, les deux groupes d’eau glacée sont équipés de l’option DICN du fabricant leur permettant de fonctionner simultanément comme s’il s’agissait d’une unité unique. Chaque refroidisseur de liquide est contrôlé par un régulateur Carel. « Un régulateur sur les deux est...

Vous lisez un article de la revue Journal du chauffage n° 175 du 01/10/2010
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X