Territoires Albi

La cité Rayssac termine sa cure de jouvence

Dans l’ouest d’Albi (Tarn), la cité de Rayssac, conçue par les architectes Jean-Henry Avizou et Philippe Dubois, et construite entre 1966 et 1968, fait l’objet de toutes les attentions au même titre que le cœur médiéval de la cité épiscopale. Situés dans un périmètre protégé au titre du patrimoine architectural du XXe siècle, les 12 bâtiments (408 logements) bénéficient, depuis juillet 2014, d’une mise aux normes thermiques et d’une restauration des éléments en béton et briques des façades.

Compte tenu de la complexité de l’opération (38 677 m2 SP) réalisée en site occupé pour un montant de 14 millions d’euros HT de travaux, le maître d’ouvrage, Tarn Habitat, a choisi le marché de conception-réalisation. « Avoir une équipe constituée dès le départ simplifie le suivi de la relation avec l’architecte des bâtiments de France [ABF]. De plus, travailler en site occupé nécessite une présence continue des équipes sur le terrain », justifie Gilles Dupont, directeur général de l’office public de l’habitat Tarn Habitat. Titulaire du marché en février 2014, Eiffage Construction Midi-Pyrénées a ainsi mis à disposition Claude Pagès, chargé des relations avec les locataires.

De la classe énergétique E à C.

« L’isolation par l’extérieur aurait modifié les façades protégées. Ce qui était interdit par l’ABF. Nous avons donc travaillé sur tous les autres éléments pour passer de la classe énergétique E à la classe C », explique Guillaume Loho, directeur de travaux chez Eiffage. Ont ainsi été isolés les parties communes (terrasses, cages d’escalier…), la toiture, les combles et les caves, puis les menuiseries extérieures ont été remplacées par d’autres, en aluminium avec double vitrage. S’y ajoutent le changement des deux chaufferies collectives, l’installation d’un nouveau système de ventilation par bâtiment, le remplacement des sols et des équipements sanitaires dans les logements…

L’entreprise générale entame aujourd’hui la dernière phase du chantier, qui consiste à poser dix balcons devant le bâtiment E : « Après discussion avec l’ABF, nous avons choisi une structure béton et des garde-corps en briques. Pour éviter qu’elle ne pèse sur la façade, elle est désolidarisée et posée sur des fondations profondes », précise Matthias Noguera, architecte à l’Agence Danièle Damon Architecte. Cette dernière opération mettra fin à vingt mois de travaux.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X