Territoires Développement local

« La CDC veut investir deux fois plus »

Gil Vauquelin, directeur régional Auvergne Rhône-Alpes de la Caisse des dépôts (CDC)

Le nouveau directeur régional de la CDC pour la région Auvergne Rhône-Alpes présente les orientations pour 2016.

Quel est le bilan de l’année 2015 ?

L’année écoulée est une bonne année au regard du volume de prêts et de nos investissements sur fonds propres. Nous avons signé plus de 1,8 milliard d’euros de prêts, essentiellement en direction de l’habitat social qui a retrouvé du dynamisme en 2015. Nos investissements progressent également, passant de 17 millions en 2014 à 24 millions en 2015. Nous estimons à 3 milliards environ l’effet levier de nos interventions sur le territoire.

Quel est l’impact de la réforme territoriale sur votre organisation et vos interventions ?

Nous nous sommes adaptés à la nouvelle région en fusionnant nos directions régionales Auvergne et Rhône-Alpes et avons redéfini notre déploiement sur le terrain en ouvrant une antenne à Chambéry, qui nous permettra d’accroître notre proximité sur l’arc alpin. L’élargissement de la région redimensionne certaines de nos actions – comme la redynamisation des centres-bourgs – et fait émerger de nouvelles problématiques. La région concentre des sujets importants tels le développement numérique de certains départements ou les infrastructures de transports, qu’ils s’agissent des routes, du rail ou du transport par câble.

Sur quels axes porteront vos interventions ?

Nous intervenons autour des transitions qu’elles soient démographique, territoriale, numérique, écologique ou énergétique. Sur ce volet, nous mettrons en œuvre un nouveau prêt « croissance verte » en direction des collectivités locales. C’est un prêt à taux zéro destiné à la rénovation énergétique des bâtiments publics. En ce qui concerne nos investissements sur fonds propres, nous allons fortement augmenter nos prises de participation. Nous visons des investissements à hauteur de 46 millions d’euros cette année. Nous renforcerons également les capacités financières des bailleurs sociaux grâce à une enveloppe nationale de prêts à très long terme.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X