Edito

La carte, un atout gagnant

Les partenariats entre le public et le privé, le BTP connaît. Et pas seulement pour financer les grands équipements. Parce que leur activité en dépend, les entreprises privées scrutent en permanence l’action des pouvoirs publics. Il y a la commande de l’Etat et des collectivités, bien évidemment. Mais, au-delà, l’état de santé du bâtiment fluctue au gré des dispositifs fiscaux, des aides à la pierre ou encore des règles de construction et d’urbanisme. Quant à l’activité des travaux publics, elle demeure intimement liée aux capacités de l’investissement des collectivités et aux éventuels grands projets.

L’extrême fébrilité de la filière face aux décisions publiques culmine à l’approche de...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5916 du 07/04/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X