Enjeux

La carte sans le territoire

Architectes et urbanistes n’auraient-ils plus le monopole du territoire ? Alors que l’exposition « Nouvelles richesses » du Pavillon français de la Biennale d’architecture de Venise (qui donnait à revisiter le périurbain) vient de s’achever, les écrivains le leur disputent à grand renfort de plume. Dans le sillon d’un Houellebecq qui en fait l’arrière-plan de ses romans et propose au héros de « La Carte et le Territoire » un jeu de cartes Michelin comme support artistique, le globe-trotter Sylvain Tesson s’est lui aussi intéressé à la physionomie de la France. Mais pas n’importe laquelle : celle que menace, sous couvert de modernité, une technocratie pétrie de connectivité.

Dans son récit...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5900 du 16/12/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X