Régions Paris

La Butte aux Cailles chauffe sa piscine au numérique

Mots clés : Établissements sportifs couverts - Etat et collectivités locales - Politique du logement

– 1,5 Md € Baisse cumulée de la dotation globale de fonctionnement des collectivités franciliennes entre 2012 et 2017.

4 arrondissements parisiens (Ier, IVe, VIe et VIIe ) où le prix de vente des appartements anciens dépasse 11 000 €/m2.

116 960 ventes d’appartements anciens en Ile-de-France entre le 1er avril 2016 et le 31 mars 2017 (+ 13 % sur un an).

Elle est l’une des plus anciennes piscines de la capitale, mais aussi l’une des plus innovantes. Construite entre 1922 et 1924, inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, la piscine de la Butte aux Cailles (Paris XIIIe ) dispose depuis la mimai d’un système de chauffage par chaudière numérique. Un procédé mis au point par Stimergy, une start-up grenobloise fondée et présidée par Christophe Perron.

Moins de CO2 émis. Dans les sous-sols de l’équipement sportif, un local technique de 200 m² abrite six cuves en inox contenant une centaine de serveurs qui baignent dans une huile minérale : les chaudières numériques. La chaleur dégagée est récupérée puis acheminée vers un échangeur d’énergie qui maintient à 27 °C les 700 m3 d’eau des trois bassins de la piscine (dont un bassin nordique ouvert en avril 2016). Le data center ne suffit toutefois pas à chauffer l’eau, notamment après la vidange des bassins. Au total, le dispositif devrait assurer 20 % des besoins, le reste provenant du réseau de la Compagnie parisienne de chauffage urbain (CPCU). Il réduira, chaque...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5925 du 09/06/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X