Régions Bas-Rhin

La Bibliothèque humaniste façonne son nouvel écrin

Mots clés : Bâtiment d’habitation collectif - Bâtiment d’habitation individuel - Bibliothèques, centres de documentation et de consultation d'archives - Manifestations culturelles - Marché de l'immobilier

832 Nombre de logements privés ayant bénéficié des programmes de rénovation du Bas-Rhin en 2016.

2 951 €/m Prix moyen TTC des logements collectifs neufs dans l’agglo de Dijon en 2016 (- 1,9 % sur un an).Source : FPI.

128 M€ Montant des investissements dans le budget primitif 2017 de la Métropole du Grand Nancy.

Trésor de la Renaissance dans son contenu, témoin du XIXe siècle dans son enveloppe, et pourquoi pas à présent joyau de la restauration du XXIe ? La rénovation-extension de la Bibliothèque humaniste de Sélestat (Bas-Rhin), pour 13 millions d’euros TTC, s’annonçait comme un chantier complexe. C’est le cas. Mais elle respecte bien son calendrier qui doit mener à la livraison du bâti cet automne puis à la remise en service en juin 2018 après la réinstallation des collections de livres anciens.

Sous la maîtrise d’ouvrage de la Ville, l’entreprise générale Demathieu Bard Construction (chef de chantier : Fernando Carvalho) et ses sous-traitants relèvent les multiples défis posés par les fondations hétérogènes, les normes antisismiques, la recherche d’un mariage harmonieux entre matériaux anciens et modernes et le respect des hautes ambitions esthétiques de l’architecte Rudy Ricciotti.

Charpente tridimensionnelle. Au sous-sol, un « jet grou-ting » a résorbé l’inégalité des niveaux de descente des murs. L’entreprise Keller l’a réalisé sous la forme de demi-colonnes qui atteignent 80 cm de profondeur pour l’essentiel, avec des « pointes » à – 3 m. Sous le radier, une membrane en bentonite a été posée en fond de coffrage afin de se prémunir contre un scénario de remontée maximale de la nappe phréatique. « La combinaison des traitements aboutit à une importante reprise en sous-œuvre », souligne Frédéric Fender, conducteur travaux principal chez Demathieu Bard.

Pour les surfaces neuves de l’extension, la localisation en zone sismique a amené à exclure l’hypothèse, initialement envisagée, d’une précontrainte avec post-contrainte des nouveaux piliers en grès des Vosges : la pierre ne présentait pas les garanties suffisantes de reprise des contraintes horizontales. Finalement, le renfort viendra d’une structure mixte de poteaux métal- béton qui s’encastrera dans la maçonnerie, grâce à un procédé d’empilement. La solution ne laissera à la vue extérieure que les 500 blocs de grès répartis en 25 colonnes, ainsi que le mur-rideau en verre.

A partir de la dalle du premier étage, une charpente tridimensionnelle antisismique en acier renforce la portance de la nef de la partie ancienne. Assemblée en atelier par l’entreprise bas-rhinoise BCM puis remontée sur place mi-mars, elle prend une forme sur mesure en croisées d’ogives, hommage aux voûtes typiques de l’architecture gothique qui avait déjà inspiré les concepteurs de la halle aux blés abritant la Bibliothèque depuis 1889. Les poutres en auvent sont constituées d’une succession de tubes en deux dimensions de 10 cm et 13,3 cm de diamètres, respectivement pour assurer le cintrage et la compression.

Les dimensions et l’agencement de cette charpente métallique résultent de validations multiples par la maîtrise d’œuvre, l’entreprise générale, le bureau d’études d’exécution OTE Ingénierie et BCM. L’ouvrage métallique sera surmonté d’une charpente en bois reconstituée à l’identique.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X