Territoires Rennes

« L’usine » du viaduc de la ligne B entre en production

Mots clés : Établissements industriels, agricoles, ICPE - Ouvrage d'art

Le premier week-end de septembre, quelque 6 000 Rennais ont pu découvrir la base vie du chantier du viaduc de la ligne B du métro, à Cesson-Sévigné. Après le succès de ces journées portes ouvertes, les équipes du groupement Razel-Bec/ Eiffage Génie civil sont entrées en pleine production. En moyenne, 80 personnes sont monopolisées pour construire l’ouvrage de 2 400 m reliant trois stations. Le chantier se fera par phases successives : réalisation des piles, des locaux techniques souterrains, pose du tablier et élévation des stations qui habilleront le viaduc.

Rythme de 40 voussoirs/mois.

La base vie est organisée comme une usine à ciel ouvert. C’est sur ce site de 4,5 ha que seront en partie fabriquées les 70 piles ainsi que les 973 voussoirs (de 30 tonnes en moyenne et jusqu’à 60 tonnes pour les plus lourds). Avec un rythme de production de 40 voussoirs/mois, le process est bien rodé. Entre chaque pile, la travée est composée d’environ 15 voussoirs qui sont transportés par chariot jusqu’à la poutre de lancement. Cet engin auto-déplaçable de 500 tonnes et 110 m de long vient s’appuyer sur le tablier et les piles déjà réalisées, et se déplace ainsi au fur et à mesure de la pose des travées. Ce procédé n’a pas été utilisé en France depuis vingt ans. La construction des piles doit se dérouler jusqu’à la fin de l’année. Quant au tablier, il devrait être terminé début 2018.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X