Dossier

« L’une des problématiques est la réservation d’ouvrants pompiers »

Mots clés : Sécurite civile

MICHEL COSSAVELLA est directeur «clos couvert» au Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB). Il est notamment chargé de l’étude et la validation des appréciations techniques d’expérimentation (Atex), que de nombreux façadiers sollicitent dans le cadre de la mise en œuvre de doubles peaux.

Conception

À quoi les façades double peau servent-elles ?

Les doubles peaux jouent clairement un rôle esthétique ; elles permettent de créer des façades vitrées intégralement, tout en assurant une protection acoustique et thermique. Avec une simple peau, on obtient 35 dB d’atténuation ; avec une double, 55 dB environ. Bien sûr, il faudra prévoir des solutions pour piéger le son, comme des chicanes au sein de la façade. Pour le siège social d’Ipsos [dans le 13e arrondissement de Paris, ndlr], qui donne sur le périphérique, la double peau du bâtiment a permis d’assurer son isolement du bruit du trafic.

La terminologie « façade double peau » s’applique à de nombreuses solutions. De quoi parle-t-on précisément ?

La rédaction du guide consacré aux façades multiples double peau que nous avons réalisé dans le cadre du programme Rage (*) a été l’occasion pour nous de différencier, au sein des façades légères qui constituent la famille générique, les façades multiples et celles multiparois (voir schéma ci-dessus). Les premières sont, en quelque sorte, une somme de façades, souvent deux, chacune possédant une ossature indépendante. Les façades multiparois, elles, font appel à une unique ossature support.

Quelles sont les contraintes de conception ?

...
Vous lisez un article de la revue CTB n° 340 du 13/03/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X