Autres

L’Orcab cherche à consolider son succès

Mots clés : Artisanat - Gros oeuvre - Informatique

Le mouvement des coopératives d’achats des artisans a toujours le vent en poupe. L’Orcab veut investir le marché gros œuvre et va se doter d’un outil commun de gestion informatique.

Même au plus fort de la crise, elles ont maintenu le cap. Les coopératives d’achat des artisans du bâtiment vont bien : le chiffre d’affaires a progressé de 6 % en 2016 et la croissance attendue pour 2017 est de 5 %. Le modèle économique solidaire porte ses fruits.

Dans les 50 coopératives, les artisans clients sont aussi les patrons. Sur le principe d’un homme égal une voix, chacun participe avec le même poids dans les discussions et les prises de décisions. Pour intégrer une coopérative, un entrepreneur achète une part sociale (3 000 à 4 000 €). Surtout, il doit en partager les valeurs – l’engagement, la confiance, la responsabilité, la fidélité, la solidarité…

Financement. Pour mener à bien chaque projet, le financement participatif est nécessaire. « Les coopératives n’ont pas vocation à préserver leurs bénéfices en capitaux propres, explique Éric Vialatoux, président de Forcab, qui fédère les 50 coopératives. Elles...

Vous lisez un article de la revue Negoce n° 430 du 10/05/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X