Territoires Montpellier

L’opération Campus ouvre l’université sur la ville

Mots clés : ERP sans hébergement

La Comue (1) Languedoc-Roussillon Universités lance les premières opérations structurantes de l’opération Campus de Montpellier. Certes, la région avait déjà ouvert trois chantiers d’envergure : la nouvelle faculté de médecine, le pôle TIC de Saint-Priest et le pôle chimie Balard. Mais les opérations financées sur la dotation de l’Etat (325 millions d’euros), initialement prévues sous forme de partenariat public-privé (PPP), n’avaient pas encore vu le jour. La première sera engagée sur le campus du Triolet, siège de la faculté des sciences. L’opération Village des Sciences, confiée aux deux agences Boyer-Gibaud Percheron Assus et Trace Architectes, prévoit la démolition d’un bâtiment de 6 000 m2 et la construction de deux bâtiments neufs à l’entrée du campus. L’un accueillera des amphithéâtres et des salles de travaux dirigés, l’autre sera dédié à la biologie et à l’écologie.

L’objectif est d’adapter les outils aux besoins pédagogiques actuels (amphis plus petits, nouveaux espaces de travail) et de revaloriser l’image du campus. « Les universités sont en compétition au niveau international, rappelle Romain Paganelli, directeur général délégué à l’opération Campus à la Comue. La différence se fait sur la qualité de la recherche et de l’enseignement ainsi que sur le cadre de vie. » Enfin, l’opération vise à ouvrir le campus sur la ville. « Depuis l’extérieur, on ne perçoit aujourd’hui du campus que sa clôture », observe-t-il.

Comme un parc urbain.

Cette meilleure intégration des espaces universitaires dans le tissu urbain est aussi l’un des objectifs du projet « Aménagements cœur de campus », lancé simultanément par la Comue. Confié au paysagiste lyonnais Base, il porte sur un périmètre de 40 ha qui intégre le campus du Triolet, l’université Paul-Valéry et le campus chimie Balard. L’opération a pour objectif de traiter ces trois sites comme un grand parc urbain, qui sera fermé la nuit mais accessible dans la journée à tous les publics. La circulation et le stationnement des voitures seront repoussés sur les franges et laisseront place, au centre, à des traversées piétonnes. Le projet, qui fait actuellement l’objet d’une concertation, sera réalisé par phases entre 2017 et 2020.

En parallèle, deux autres opérations sont sur les rails. L’une, baptisée Atrium, porte sur la création d’une bibliothèque associée à un lieu de vie sur le campus Paul-Valéry. Le maître d’œuvre sera désigné au 1er trimestre 2016 parmi cinq candidats. La seconde concerne l’Institut de physique de Montpellier, sur le campus du Triolet. La consultation de maîtrise d’œuvre sera lancée d’ici à la fin de l’année.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Un bâtiment porche

Le pôle A sera à la fois la porte d’entrée et la vitrine du campus du Triolet, siège de la faculté de sciences. Ce bâtiment en « L » de 7 300 m2 dressera sur la place Eugène-Bataillon une grande façade perforée aux allures de moucharabieh. Cette deuxième peau effacera l’échelle du bâtiment et la perception de ses cinq niveaux. Evoquant le langage numérique par ce jeu des pleins et des vides, elle fera écho à la sculpture monumentale d’Alain Jacquet qui orne la place Eugène-Bataillon. Le bâtiment lui-même « se soulèvera » pour permettre l’accès au campus depuis le parvis. « Rien n’est plus accueillant qu’un porche », souligne Antoine Assus, architecte. Cette entrée donnera accès à un long hall vitré, sur deux niveaux. Au R + 2, une grande terrasse couverte s’ouvrira dans la façade. « Nous avons dessiné un volume assez simple, à l’image des bâtiments du campus, puis nous l’avons creusé pour créer des espaces à vivre », précise-t-il.

ENCADRE

Maîtrise d’ouvrage : Comue Languedoc-Roussillon Universités. Village des Sciences. Architecte : Boyer-Gibaud Percheron Assus (mandataire), Trace Architectes. BET : SNC Lavalin. Acoustique : Gui Jourdan. AMO thermique énergétique: H3C Energies. Surface de plancher : 11 160 m2 (deux bâtiments). Coût des travaux: 18 M€ HT. Aménagements Cœur de Campus. Paysagiste : Base (mandataire). Architecte urbaniste : Rio. BET : Tecta. Concepteur lumière : Les Eclaireurs. Coût des travaux (phase 1) : 3,5 M€ HT.

(1) Communauté d’universités et établissements.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X