Intérieur

L’OPEN SPACE DOMESTIQUÉ

Mots clés : Mobilier

Depuis quelques années, les designers proposent du mobilier de bureau accueillant, flexible et aux formes organiques. Adaptés aux modes de travail nomades et connectés, ils s’inscrivent dans des espaces de vie qui calment l’agitation de l’activité professionnelle. Décryptage de ces valeurs montantes du tertiaire.

En étroit partenariat avec les fabricants, les designers accompagnent l’évolution des modes de travail en proposant des espaces diversifiés. Le modèle purement fonctionnel, invisible et froid, centré sur la disposition des outils, disparaît au profit d’une singularité recentrée sur l’homme, reprenant les codes lounge . Une évolution observée lors du salon du tertiaire Orgatec à Cologne, en octobre 2016, où nombre de solutions alternatives au traditionnel plateau de travail étaient présentées. Si ces contributions soutiennent la productivité des usagers, elles témoignent également de la recherche de confort : le mobilier est doté d’attributs domestiques et mobiles, conduisant à un open space rêvé mais praticable.

Le caractère organique entend répondre au besoin de fluidité de mouvement et de compréhension des espaces. Pour Erwan et Ronan Bouroullec, l’image du bureau idéal serait une forêt, composée d’espaces ouverts à la lumière, de petits bois, de coins cachés, intégrant les distractions dont le corps a besoin pour fonctionner.

Dans une esthétique sobre qui met en valeur des matériaux nobles, les deux frères suivent une logique modulaire ou multifonctionnelle, et signent des systèmes de bureau comme autant de paysages à l’usage libre et intuitif. En 2006, leur canapé à succès Alcove – largement imité depuis – avait été précurseur, en intégrant un dossier faisant écran. Le module a ouvert la voie à une approche ingénieuse de la protection visuelle et sonore de l’individu, comblant l’absence de cloisonnement des espaces de travail.

Abris et lits d’appoint

La reprise de références issues de l’univers domestique constitue une autre tendance. La préservation de la confidentialité et de l’intimité dans les open spaces se traduit par le recours à des abris plus ou moins enveloppants. La collection Openest, de Patricia Urquiola (avec Haworth, 2013), organise par exemple des points de rencontre fondés sur des mobiliers-paysages féminins, avec des écrans aux lignes courbes. Les codes de la maison sont repris au bureau : les produits sollicitent de plus en plus les sens, par des choix de formes et de matières. Exploitant les sols, la designer espagnole a également conçu...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 258 du 17/03/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X