Enjeux

L’innovation en héritage

Mots clés : Innovations

Le toulousain GA assume avec succès sa triple casquette d’industriel, de constructeur et de promoteur.

Le 5 juin, à Toulouse, Sébastien Matty, président de GA, et Robert Dagrassa, président du conseil de surveillance, inauguraient leur nouveau siège. Conçu à l’aide d’une modélisation 3D « FullBIM » réalisée en interne et construit en sept mois, il reflète le savoir-faire du groupe de construction. Ainsi, les éléments de structure et de façade ont été préfabriqués dans les propres usines de GA, puis acheminés et assemblés sur site. Labellisé Bepos-Effinergie, le bâtiment affiche une consommation d’énergie réelle inférieure à 25 kWh/m2.an pour les postes liés au confort. Et ce grâce à une conception bioclimatique et à des équipements développés en interne : un triple vitrage avec stores intégrés motorisés, un éclairage basse consommation graduable avec détecteur d’absence, des dalles actives préfabriquées, des modules de traitement d’air, et le système de gestion active de la performance énergétique par ordinateur (Gapéo). Ces compétences ont permis à GA de gagner, face à des majors, le marché de construction du campus de 55 000 m2 de Thalès à Mérignac (Gironde) pour un montant de plus de 100 millions d’euros.

Ce modèle d’entreprise régionale qui mène ses projets de A à Z a séduit Sébastien Matty, le nouveau président de GA, et l’a convaincu de quitter Bouygues Construction et Paris. Mais il est aussi venu pour apporter un nouveau souffle, à la demande de son prédécesseur Robert Dagrassa : « Il faut renforcer le volet architectural et étendre notre champ d’action au-delà des bureaux, qui représentent 75 % de notre activité », déclare le quadragénaire qui souhaite positionner GA sur le secteur des services : hôtellerie, seniors, étudiants… Autre axe de développement dans sa ligne de mire : la rénovation d’immeubles dont il souhaite qu’elle atteigne 25 % du chiffre d’affaires.

140 ans de savoir-faire

. Sébastien Matty s’inscrit dans la continuité d’une histoire où l’innovation est un moteur. C’est en 1875 que les frères Guiraudie créent en Normandie l’entreprise éponyme et participent au début du XXe siècle aux grands travaux d’infrastructures du nord de la France. En 1928, elle se diversifie dans le bâtiment en créant un bureau d’études techniques à Paris. Les travaux d’endiguement de la Garonne la conduisent dans le Sud-Ouest. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, elle participe à l’effort de reconstruction dans l’industrie et le logement. De cette expérience sont nés les principes d’assemblage mécanique de composants de structures et de façades fabriqués dans ses usines. D’un court passage aux Etats-Unis, en 1978, GA tire une attention particulière à l’aménagement et au confort des espaces de travail. Pour asseoir son développement dans l’immobilier, le groupe ouvre, en 2005, 60 % de son capital à Perella Weinberg Partners. Le reste appartient aux salariés. Ils sont près de 200.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Quatre pôles métiers : promotion, entreprise, industrie et ingénierie. Trois filiales : Oméga (bureau d’études), Equilab (équipements techniques) et Paquet Fontaine (menuiserie aluminium). Cinq usines : trois de fabrication de structures (Colmar, Rouen, Toulouse) et deux d’équipements (L’Aigle, Labège). Six implantations commerciales: Paris, Nantes, Toulouse, Lille, Colmar et Lyon. Chiffre d’affaires 2014 : 135 millions d’euros. Effectif : 420 salariés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X