Régions Lyon

L’innovation au cœur d’un nouvel îlot à Confluence

Mots clés : Entreprise du BTP - Hygiène et sécurité du travail - Innovations

160 M€ Budget d’investissement de la métropole de Grenoble pour l’année 2017.

63,1 Indice de fréquence des accidents du travail pour 1 000 salariés du BTP en 2015 dans l’ex-région Rhône-Alpes.

80,3 M€ Budget d’investissement du département du Rhône pour l’année 2017.

Construire la ville innovante, telle est l’ambition du programme Lyon Living Lab Confluence, démonstrateur industriel pour la ville durable. Porté par le groupe Bouygues avec une soixantaine de partenaires, start-up et laboratoires de recherche, la SPL Lyon Confluence et la Métropole de Lyon, ce projet trouve aujourd’hui une illustration concrète avec le lancement d’un îlot mixte sur la ZAC 2 de Lyon Confluence. Ce nouveau « morceau de ville », qui comprendra 11 bâtiments, intégrera dans sa programmation et son architecture des innovations menées dans le cadre de ce projet.

C’est l’agence britannique David Chipperfield Architects qui assurera la coordination du projet ainsi que la conception de trois bâtiments, dont un immeuble en R + 16 de logements et bureaux. L’atelier portugais Aires Mateus e Associados assurera pour sa part la réalisation de trois bâtiments, et l’agence lyonnaise Vera et Associés a en charge la réalisation des cinq derniers. Afin d’accompagner le projet, l’agence belge Wirtz International assure la conception paysagère des cours jardinées. Les bâtiments s’inscriront dans la morphologie du plan-masse d’Herzog & de Meuron.

Trois thématiques y seront déclinées : un « sous-îlot » sera dédié à la santé et au bien-être, un autre sera participatif et le troisième actif. Le premier, A1 Sud, associe un programme mixte de logements et bureaux et verra la mise en place d’une maison de santé et de prévention connectée. Une plateforme e-santé collectera les données des capteurs installés dans cinq logements pilotes habités par des personnes âgées. Objectif : mesurer l’activité de celles-ci dans leur logement et mettre en place un système d’alerte en cas de recueil de données « anormales ». Ce système, développé par Schneider, a vocation à être déployé à l’échelle du quartier. L’îlot A1 Sud sera également l’objet d’une étude technique sur la qualité de l’air intérieur.

Logements personnalisables. A dominante résidentielle, le sous-îlot « participatif » intégrera des logements personnalisables pour les futurs acheteurs, des locaux (buanderie, chambre d’hôtes, atelier de réparation de vélos, etc. ), des jardins et toitures terrasses partagés. Il est prévu d’y réaliser un petit collectif co-conçu avec ses futurs acquéreurs. Enfin, le sous-îlot A1 Nord sera actif, avec un programme tertiaire innovant qui vise à soutenir l’émergence de nouvelles façons de travailler. Il proposera notamment des locaux partagés à destination des salariés.

Le permis de construire sera déposé en septembre 2017 pour un début de travaux à la mi-2018. Les livraisons interviendront entre 2020 et 2021.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X