Autres Risques professionnels

L’ingénieriste Artelia organise sa deuxième « Semaine de la sécurité »

Mots clés : Conception

«Santé & sécurité, j’agis ! » : c’est le slogan de la deuxième « Safety Week » (« Semaine de la sécurité »), organisée chez Artelia du 17 au 21 mars. « Cette année, nous avons fait en sorte que toutes les unités de l’entreprise s’impliquent fortement dans cette semaine », explique Salah Akasbi, responsable santé-sécurité au sein du groupe d’ingénierie (3 200 salariés, dont plus de 600 travaillant à l’étranger). « Notre objectif, c’est de recueillir le ressenti des équipes à propos de la sécurité. Faire remonter le maximum d’informations et de suggestions de manière à établir ensuite un plan d’actions concret. Nous espérons la participation active de plus des deux tiers des effectifs. » Cette semaine est aussi l’occasion, pour Artelia, de mieux définir les missions et responsabilités de chacun, de l’assistant jusqu’au chef d’équipe, dans la lutte contre les risques professionnels. Ceux auxquels sont confrontés les salariés de l’ingénierie sont, en effet, nombreux. Le personnel plutôt sédentaire peut être sujet au stress, aux troubles musculosquelettiques, mais aussi être soumis aux risques électrique, chimique et incendie. Le personnel en mission, lui, est confronté aux travaux en hauteur, en milieu confiné ou encore de nuit. Sans oublier les risques liés aux déplacements ou à l’intervention dans une région instable politiquement. Lors de la « Safety Week », les équipes des quarante implantations d’Artelia ont dû choisir trois thèmes parmi une liste de sujets présélectionnés par le groupe (amiante, légionellose, risque routier, premiers secours, utilisation d’un extincteur ou d’un défibrillateur…), et les développer durant la semaine.

Un effort à prolonger toute l’année

« Sur certains sites, des pompiers, médecins du travail ou ergonomes sont intervenus auprès des salariés, ajoute Salah Akasbi. Nous souhaitons leur faire comprendre que la sécurité est l’affaire de tous, et que chacun a le devoir d’agir. » En 2012 (derniers chiffres connus), Artelia présentait un taux de fréquence de 4,13 et un taux de gravité de 0,13. La première semaine de la sécurité avait été organisée, en 2013, sous l’impulsion de grands donneurs d’ordres internationaux. « Et cette année, nous en avons fait un projet 100 % Artelia, se félicite Salah Akasbi. Nous souhaitons que les managers développent les sujets prévention au sein de leur équipe, tout au long de l’année, dans le but d’atteindre le zéro accident. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X