Architecture Climatisation

L’informatique investit la vieille pierre

Mots clés : Climatisation - Informatique

A Arras, l’entreprise Décima a installé un data center dans une poudrière du XVII siècle.

Jérôme Décima quitte la route qui sillonne la citadelle d’Arras (Pas-de-Calais) et emprunte une allée pierreuse. Arrivé à la porte d’une enceinte de briques rouges, le regard du directeur commercial de Décima, lauréat du prix Moniteur de la Construction 2016, s’attarde sur les cailloux gris ardoise qui recouvrent le chemin. « La couleur est la même qu’à la construction de la poudrière par Vauban en 1682 », confie-t-il. Cachée derrière le mur, la poudrière semble elle aussi figée dans son aspect initial. Mais passé l’entrée, le visiteur tombe nez à nez avec des baies de serveurs informatiques fonctionnant depuis juin 2014. Ce data center singulier a pris la place de l’armée, qui a déserté les lieux en 2010. L’Etat confie alors la gestion de la citadelle à la communauté urbaine d’Arras. Celle-ci lance un appel à projets pour l’exploitation du site. « A cette époque, nous recherchions un endroit pour implanter notre deuxième data center , explique Jérôme Décima. A l’origine, notre entreprise œuvrait dans l’installation d’infrastructures électriques. Nous avons développé une activité de services informatiques dans les années 2000. Cet édifice historique paraissait le lieu idéal pour créer une vitrine techno logique. » Une vitrine de luxe, puisque l’investissement atteint 3 millions d’euros.

Un refroidissement par géothermie. Le bâtiment possède une surface de 100 m² Shon divisée en deux niveaux. Le rez-de-chaussée abrite 20 baies de serveurs posés sur un sol en béton. La citadelle étant inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, tous les aménagements sont réversibles afin que la poudrière puisse retrouver son état antérieur. Ainsi, la dalle est posée sur un film de polyuréthane et n’adhère donc pas au sol. A l’étage inférieur, cinq suites privatives peuvent accueillir des clients qui ne veulent pas partager leur matériel informatique. Décima a particulièrement soigné l’air conditionné, point crucial de tout data center . Grâce à un forage géothermique, de l’eau est pompée à 30 m sous terre. Sa température oscille entre 8 et 12 °C. Elle circule dans un échangeur et refroidit l’eau glycolée du circuit de climatisation. « Nous avons prévu des raccordements afin de récupérer la chaleur de l’eau de la nappe à la sortie du centre et l’apporter aux bureaux voisins. Toutefois, aux prix actuels des énergies, l’opération n’est pas rentable », déplore le directeur commercial. La ventilation peut également insuffler de l’air extérieur, quand sa température est inférieure à 7 °C. Enfin, si les deux systèmes ne suffisent pas, un groupe froid vient en soutien.

Schneider Electric a fourni l’ensemble de la distribution électrique et des équipements de climatisation. « Chaque baie comporte plusieurs capteurs dont les mesures sont collectées grâce à notre logiciel StruxureWare, précise Franck Tholliez, responsable du projet chez Schneider Electric. Ce dispositif peut diviser par deux les consommations liées au refroidissement. » La puissance électrique du site s’élève à 500 kW, dont la moitié est consacrée au refroidissement.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X