Enjeux Réseaux enterrés

L’information géographique réduit les dommages de 30 %

Il est des obligations qui, sans informatique, seraient trop coûteuses à respecter. C’est le cas des déclarations de projet de travaux (DT) des responsables de projet et des déclarations d’intention de commencement de travaux (DICT) des sociétés exécutantes, désormais traitées rapidement grâce à l’information géographique. D’un côté, la réforme anti-endommagement des réseaux et le décret n° 2011-1241 du 5 octobre 2011, inscrits dans la loi Grenelle 2, obligent à répondre à ces obligations depuis le 1er juillet 2012. En revanche, la difficulté de localiser les équipements enterrés et d’échanger l’information entre les acteurs concernés rend l’opération lourde et complexe. C’est un net surcroît de travail pour les gestionnaires de ces réseaux (télécoms, électricité,...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5898 du 02/12/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X