Réalisation Philippe Obliger, botaniste, enseignant en écoles d’architecture

L’impertinent du végétal

Mots clés : Architecture - Manifestations culturelles

Collectionneur de plantes du désert, « land artiste » néorural et pataphysicien, Philippe Obliger aborde la soixantaine en enseignant le paysage dans les écoles d’architecture et en accompagnant des projets publics et privés d’aménagement.

Voilà un vilain petit canard qui ose enseigner les nouvelles vocations paysagères dans les écoles d’architecture strasbourgeoises et parisiennes, sans autre titre que celui de botaniste. Et encore ! Philippe Obliger, fils de prolo sous-traitant de Peugeot dans le Territoire de Belfort, n’est entré dans la sphère végétale que par tâtonnements et accidents. Au lycée technique de Gray où le déterminisme social devait le conduire au métier d’ouvrier mécanicien, le directeur communiste de l’établissement éveille au cinéma d’Eisenstein cet apprenti bizarre, plus attiré par la géographie et la littérature que par l’automobile. Plus tard à Strasbourg, les tentatives familiales pour le récupérer comme routier dans l’entreprise de l’oncle feront chou blanc : « C’était la vie de bohême, à la fin de la vague de l’après-68 et avant le sida. En 1979, une copine...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 387 du 24/03/2016
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X