Régions Orléans

L’immobilier d’entreprise à la peine

Mots clés : Gestion et opérations immobilières

Pour BNP Paribas Real Estate, qui vient de tirer son bilan annuel, « 2013 aura été une année difficile » pour l’immobilier d’entreprise à Orléans même si quelques grosses transactions masquent la réalité. Ainsi, pour le marché des bureaux le recul de 7 % des transactions (20 800 m 2 ) aurait été bien plus important sans le contrat signé par la coopérative Axéréal pour 5 300 m 2 et sans un ensemble médical de 1 500 m 2 . La demande est également en recul de 8 % et les projets neufs rares, ce qui fait d’ailleurs d’Orléans « une des villes de France les plus pauvres en bureaux neufs ». Quelques projets sont cependant dans les cartons, portés par le groupe Lazard (3 331 m 2 ) ou Sogeprom (2 200 m 2 ), sans compter un bâtiment de 2 200 m 2 réalisé en compte propre par DV Construction. Même évolution pour la logistique avec une offre en hausse de 27 % mais résultant avant tout d’un projet Norbert Dentressangle de 40 000 m 2 à Artenay. A l’inverse, le marché des locaux d’activités se maintient avec des transactions (63 000 m 2 ) en hausse de 31 % mais avec une offre qui régresse de 20 %. Sur tous ces marchés, BNP Paribas Real Estate enregistre l’obsolescence des bâtiments et la faiblesse des constructions et donc du renouvellement du parc.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X