Territoires Strasbourg

L’îlot bois ajoute de l’habitat social au privé

Mots clés : Bois - Logement social

Construire de l’habitat social en bois, en hauteur et en milieu urbain dense : Strasbourg veut prouver que c’est possible. La Ville et l’Eurométropole ont attribué à Nouveau Logis de l’Est (NLE) le quatrième et dernier lot de leur « îlot bois » démonstrateur de 400 logements, a minima passifs et à matériaux biosourcés, représentant 80 millions d’euros de coûts d’opération. Au voisinage des futures réalisations privées de Nouvel Habitat, Bouygues Immobilier et Nacarat, le bailleur régional du groupe SNI réalisera 66 appartements locatifs en direct et 50 autres en accession sociale avec Pierres & Territoires Alsace via une société conjointe dédiée. Pour son premier projet d’envergure en structure bois, NLE a choisi la formule de la conception-réalisation : « Elle répond à la fois à la spécificité de notre statut d’ESH (entreprise sociale pour l’habitat), au caractère innovant du projet et à l’objectif d’associer les entreprises dès l’amont », explique Nicolas Steiner, responsable du développement. La consultation des équipes – constituées d’un architecte, de bureaux d’études, d’une entreprise générale ou de plusieurs entreprises dont au moins une de construction bois – est lancée ce mois-ci, dans l’objectif d’une remise d’offres au premier trimestre prochain, puis d’un démarrage des travaux mi-2017. « Nous souhaitons pousser au maximum le recours au bois pour les éléments de structure, mais sans viser l’exceptionnel : le projet devra respecter nos contraintes financières spécifiques de bailleur à prix de sortie plafonné, et être reproductible techniquement », souligne Nicolas Steiner.

Chantiers fin 2016-début 2017.

Cet état d’esprit guide également la gestation des trois premiers lots attribués à des groupements promoteur/architecte(s)/bureaux d’études/entreprise(s) bois. Ceux-ci visent un dépôt de permis en fin d’année pour un démarrage de chantiers fin 2016-début 2017. Jusqu’à quel degré introduire le matériau naturel en structure ? Jusqu’à quelle hauteur monter ? Quel équilibre trouver entre le prototype et la capacité à « massifier » les solutions ? Les lauréats se confrontent à ces questions qui se poseront aussi plus tard à leur parking-silo commun de 350 places. Pour les aider à y répondre, la collectivité les entoure d’un « cercle de qualité » d’experts techniques et de chercheurs, coordonné par le pôle de compétitivité Fibres-Energivie. Elle ne fixe pas un cadre dogmatique : « L’îlot bois n’est pas synonyme de 100 % de bois. Il doit constituer un signal préfigurateur d’un possible standard dans dix ans, qui soit suffisamment visible aux riverains mais qui ne se résume pas à l’habillage des façades », énonce Alain Jund, adjoint à l’urbanisme. D’une équipe à l’autre, les réponses varient et peuvent évoluer dans le temps. Avec Madec, Méandre ETC, Atelier D et Aux Charpentiers de France, Nacarat prévoit le bois pour toute la superstructure et les dalles et murs de refend. L’équipe Bouygues Immobilier, qui comprend les architectes KOZ et ASP et l’entreprise Hunsinger, ambitionne un système constructif constitué de structures de plus en plus légères au fur et à mesure de l’élévation jusqu’à 10 étages : socle en béton armé, murs porteurs en panneaux contrecollés jusqu’au 4e niveau, puis ossature bois. Associé à Tectoniques, Atelier D, Charpente Concept et Ecologgia pour 105 logements jusqu’à R + 7, Nouvel Habitat retient une solution mixte, béton dans le noyau central et bois décliné en composantes multiples : ossature poteau-poutre en lamellé-collé, planchers creux à caissons préfabriqués, application en façade du procédé « Techniwood » de préfabrication de panneaux en plis qui se remplissent de l’isolant.

« Objet de plusieurs avis techniques expérimentaux (Atex), notre projet à énergie positive n’a pas varié d’un iota sur le plan technique au fur et à mesure de l’avancée de sa conception, signe de sa solidité », commente Alexis Merlin, président de Nouvel Habitat.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Au cœur de l’Ecocité

L’îlot bois est l’un des projets du dossier « Ecocité Strasbourg Métropole des Deux Rives », qui a reçu pour l’heure 19,4 millions d’euros de fonds du Programme d’investissements d’avenir. La liste inclut aussi les logements chauffés par pieux géothermiques de la ZAC Etoile (« Le Moniteur » du 11 septembre 2015, p. 45), le projet de tour résidentielle à énergie positive d’Elithis et un « îlot à gestion énergétique intelligente » dans l’écoquartier Danube. L’Etat a lancé un appel à « Ecocité 2 », Strasbourg déposera son dossier en octobre. « Nous prévoyons d’élargir les thèmes à l’habitat social participatif et à la rénovation énergétique des copropriétés, notamment dans le quartier voisin de l’Esplanade », annonce Alain Jund, adjoint à l’urbanisme.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X