Territoires Marseille

L’îlot Allar invente la ville de demain

Eiffage a engagé depuis quelques semaines les travaux de l’îlot Allar, première opération réalisée dans le cadre d’Euromed 2 et projet pilote du groupe sur le créneau de la ville méditerranéenne durable. L’îlot Allar met notamment en application les solutions issues des travaux de R & D de son laboratoire de développement urbain Phosphore. « L’îlot Allar va intégrer un panel de fonctions très innovantes, que ce soit en termes de performances énergétiques des bâtiments que de services numériques ou de proximité, avec l’objectif de créer un nouveau noyau villageois de 4 000 personnes, cultivant qualité de vie et convivialité », résume Hervé Gatineau, directeur d’Eiffage Immobilier Méditerranée. Un nouveau quartier qui sera également attractif, avec des prix de vente des logements inférieurs à 3 000 euros le mètre carré, parking compris, et des factures énergétiques réduites de 30 %.

Boucle thalassothermique.

Parmi les innovations, dont certaines constituent une première dans une opération d’aménagement, on trouve 650 places de stationnement mutualisées entre bureaux et logements, une boucle thalassothermique apportant en permanence une eau à température constante aux bâtiments, une boucle de transfert permettant aux bureaux et logements d’échanger leurs calories, des procédés constructifs employant des matériaux durables (isolation des bâtiments avec des caissons en ossature bois, remplis de ballots de paille de riz de Camargue)… « Pour la dépollution, nous avons recours à une méthode douce, privilégiant le traitement sur place par champignons, la mycoremédiation », précise Hervé Gatineau.

Au total, sur 2,4 hectares, est prévu un programme mixte de 58 000 m² regroupant logements, bureaux et équipements. Les premiers travaux portent sur l’immeuble de bureaux de 10 000 m² acquis par la Ville de Marseille et un hôtel B & B de 90 chambres, qui seront livrés mi-2016. Vont suivre les travaux d’un immeuble de bureaux de 5 500 m² pour accueillir le siège régional d’Eiffage Construction et les équipes d’Ingerop, couplés à 50 logements sociaux (Erilia), 60 logements en accession libre et 500 m² de commerces. La seconde moitié du programme prévoit deux ensembles : l’un regroupant une résidence pour personnes âgées, une crèche de 35 berceaux, 30 logements en accession libre, 550 m² de commerces et 1 600 m² de bureaux ; l’autre accueillant 90 logements en accession, 50 logements sociaux, 1 600 m² de bureaux et 600 m² de commerces. Deux ensembles dont les permis vont être déposés en avril-mai. Un dernier îlot de 4 200 m² de bureaux et 8 000 m² de logements est à l’étude, avec un dépôt de permis prévu avant la fin de l’année. Parmi les architectes mobilisés, on trouve Eduardo Souto de Moura avec Jacques Sbriglio, pour le premier îlot, mais aussi Corinne Vezzoni, Atelier 82, Laurent Mathoulin, Jean-Michel Battesti, l’Agence Babylone et François Leclercq (définition urbaine). Investissement total de l’opération : 150 millions d’euros.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X