Territoires Strasbourg

L’IHU, une construction de précision chirurgicale

Construire un bâtiment flambant neuf pour maintenir son niveau d’excellence mondial. C’est le choix opéré par l’Institut de chirurgie guidée par l’image de Strasbourg, qui cumule la triple fonction de formation, de recherche et de soins dans les maladies digestives. Pour ce faire, il a choisi l’entreprise générale KS Construction (mandataire) et le cabinet d’architecture S & AA – Patrick Schweitzer, avec Icade Promotion Alsace comme assistant à maître d’ouvrage. Ce groupement alsacien de conception-réalisation (1) apporte la réponse aux fortes exigences de modularité qu’imposent le futur occupant et son positionnement de pointe dans la chirurgie mini-invasive. En effet, nombre des technologies que l’institut hospitalo-universitaire (IHU) développera à l’avenir sont encore inconnues.

Des éléments de façade « fusibles ».

Pour éviter un cloisonnement figé des blocs opératoires, le bâtiment R + 3 de 13 000 m2 s’appuie sur une structure de poteaux-dalles champignons coulés sur place. Ses trois noyaux centraux garantissent le respect des règles sismiques. La souplesse guide aussi l’installation des équipements techniques, en coordination permanente avec la maîtrise d’œuvre spécialisée sur le sujet, représentée par MedPlan Engineering. Ces équipements se concentrent au sous-sol et dans les combles, points de départ d’une distribution centralisée des réseaux. Un décaissé de 15 cm permet ensuite d’alimenter les matériels biomédicaux. Par ailleurs, des éléments de façade « fusibles » sont démontables et remontables en un tour de main – ou presque – pour permettre l’entrée des volumineux équipements d’imagerie. « Le dimensionnement des centrales de production d’énergie ménage d’importantes réserves de puissance », ajoute Pierre Edel, directeur de KS Construction.

A sa livraison en mars 2016, le bâtiment comprendra deux passerelles, à hauteur des 1er et 3e étages, vers le Nouvel Hôpital civil (NHC) et l’institut de recherche anticancer Ircad. Ceux-ci sont les principaux porteurs, avec l’université de Strasbourg, du projet de 40 millions d’euros TTC financé par l’Etat, l’Union européenne, les collectivités (région, département, eurométropole) et des industriels. « L’obligation de connecter ces étages sans déclivité a dicté les choix de structure et les hauteurs de l’ensemble du bâtiment », souligne Nicolas Jeandel, responsable de projets chez Icade Promotion.
Le respect d’un exigeant cahier des charges technique n’exclut pas l’esthétique : la façade en panneaux d’aluminium irisé s’enveloppera d’un ruban végétalisé. Celui-ci viendra s’enrouler sur la toiture, que l’architecte a traité « comme une cinquième façade », en rupture avec les dessus plats des constructions environnantes. « La végétalisation dès l’avancée créera, depuis les quais, un effet de porte d’entrée pour tout le complexe du NHC », précise Patrick Schweitzer.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ

(1) Complété par SNC Lavalin, Solares Bauen, Sovec, Lohner et Soprema.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X