Architecture Technique

L’hôpital de demain sera à Nantes

Mots clés : Établissements de soins

Une organisation novatrice, près d’un milliard d’euros d’investissement, 10 hectares de terrain, le nouvel hôpital de Nantes est unique par son ampleur.

Opération : construction d’un ensemble hospitalo-universitaire de près de 1 400 lits et places qui regroupera, au sud-ouest de l’Île de Nantes, la totalité du court séjour du CHU dont les activités sont aujourd’hui situées sur deux sites différents, la partie nantaise de l’Institut de cancérologie de l’ouest (ICO), un institut de recherche en santé (IRS 2020), des activités annexes consécutives au déplacement du CHU (écoles, activités de l’Établissement français du sang-EFS, hôtel hospitalier, etc.). Maître d’ouvrage : Centre hospitalier universitaire (CHU) de Nantes. Maître d’ouvrage délégué : La Soderec (Nantes).

Toutes les images du projet lauréat sur www.lemoniteur.fr/chunantes

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

LauréatArt&Build Architectes

Le projet. Il organise les différents services de manière concentrique autour d’un plateau technique central (blocs opératoires et imagerie). Une « grande allée-jardin » dessert les unités d’hopispitalisation toutes concentrées au Sud, vers le « grand paysage de Loire ». Les façades, diversifiées, correspondent aux différentes entités et permettent l’orientation. L’ensemble s’ouvre sur la ville grâce à sa grille urbaine ponctuée d’interfaces paysagères.

Equipe lauréate : Art&Build architectes, architecte mandataire (Bruxelles et Paris) ; Jean-Philippe Pargade, architecte associé (Paris) ; Coteba – Groupe Artelia, BET (La Plaine-Saint-Denis) ; Signes Paysage, paysagiste (Paris). Surface : 225 000 m2 de surface dans œuvre (SDO) totale ; 10,1 hectares d’emprise totale. Estimatif travaux : 528,65 M€ HT (le coût global, toutes dépenses confondues dont les équipements, est estimé à 976 M€). Calendrier prévisionnel : études, 2016 ; consultations des entreprises, 2018 ; début des travaux, 2018 (phase 1) et 2022 (phase 2) ; mise en service, 2023 (bâtiments de la phase 1) et 2026 (bâtiments de la phase 2).

ENCADRE

Les projets non retenus - AIA Associés

Le projet. Ce « quartier de ville » réfute tout effet de « citadelle imprenable ». Si son socle médico-technique s’étire face à la Loire, dessinant une ligne tendue en écho à la grande dimension fluviale, il se fragmente en une série d’îlots, autant d’unités fonctionnelles séquencées par des jardins infiltrés. Leur implantation est perpendiculaire à la Loire et ménage l’égalité de vue ; clin d’œil à La Maison radieuse de Le Corbusier à Rezé. Les façades modulaires offres des vues vers le paysage fluvial.

Equipe : AIA Associés, architecte mandataire (Paris) ; Eduardo Souto de Moura, architecte (Porto, Portugal) ; Barcelona Global Design (BGD), architecte (Barcelone, Espagne) ; Jacqueline Osty, paysagiste (Paris) ; AIA Ingénierie, ingénierie générale (Saint-Herblain) ; AIA Studio Environnement, développement durable (Paris) ; AIA Management de Projet, management de projet et OPC (Nantes). Surface : 248 000 m2 SDO (hôpital) ; 57 000 m2 SDO (parking).

ENCADRE

Les projets non retenus - Reichen et Robert & Associés

Le projet. Pensé comme une cité, l’établissement est organisé sur la base des besoins internes et trouve son prolongement vers la ville. Sur le socle, « espace collectif continu » qui accueille les plateaux techniques, sept « figures urbaines » identifiables et mémorisables organisent le tout et sont le gage d’une possible évolutivité. En parallèle, sept typologies de façades ont été définies, toutes basées sur une trame module de 7,20 m et d’une tonalité générale de « lumière de l’estuaire ».

Equipe : Reichen et Robert & Associés, mandataire, Bernard Reichen, Marc Warnery et Marie-Hélène Maurette, architectes et urbanistes (Paris) ; Groupe-6, Alain Eyraud, Franck Lavigne, Antoine Buisseret, architectes associés (Grenoble et Paris) ; Ingérop, BET TCE (Courbevoie) ; Setec Bâtiment, BET TCE (Paris) ; Berim, BET TCE (Pantin) ; Phytolab, paysagiste (Nantes) ; Franck Boutté Consultants, développement durable (Paris) ; Vulcaneo, prévention et sécurité incendie, sous-traitant (Courbevoie) ; Echologos, acousticien, sous-traitant (Livry-Louvercy) ; Planitec, management de projet, sous-traitant (Paris). Surface : 242 250 m2 SDO (hôpital) ; 49 800 m2 SDO (parking).

ENCADRE

Les projets non retenus - Kaan Architecten

Le projet. Maître mot : modularité. L’hôpital de demain ne doit plus être organisé autour de sa technicité mais permettre la collaboration entre toutes les spécialités. Des bâtiments simples et lisibles, formant un « campus médical », s’appuient sur une conception multi-échelle basée sur un module unitaire commun de 72 m x 72 m avec patio central adaptable. Le potentiel d’évolution est estimé à 100 000 m2 !

Equipe : Kaan Architecten, architecte mandataire (Rotterdam, Pays-Bas) ; Pranlas-Descours Architect & Associates (PDAA), architecte et urbaniste (Paris) ; EGM Architecten, architecte (Dordrecht, Pays-Bas) ; Martin Guiheneuf (Paris) et Valstar Simonis (Rijswijk, Pays-Bas), BET fluides ; Cetab Ingénierie, SSI (Bordeaux) ; Cicad Consultants, OPC et CSPS (Montreuil-sous-Bois) ; EVP Ingénierie (Paris) et BomaInpasa (Barcelone, Espagne), BET structure ; Philippe Talbot & Associés, économiste (Paris) ; TN+, paysagiste (Paris) ; Peutz & Associés, acousticien (Paris). Surface : 242 250 m2 SDO (hôpital) ; 49 803 m2 SDO (parking en infrastructure).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X