Territoires Alsace

L’hommage unanime à Christian Werey

Il était une figure du BTP alsacien, l’un de ses brillants ambassadeurs en France et à l’international, mais aussi un homme généreux, à l’énergie communicative, qui aura combattu jusqu’au bout la maladie. Le décès de Christian Werey, le jour de ses 53 ans, a plongé ses proches, amis, collaborateurs et partenaires dans un profond désarroi. Ils lui ont rendu un vibrant hommage le 6 mai au temple de Munster, trop petit pour accueillir les personnes présentes.

Troisième génération de plâtriers. Fort d’un CAP de plâtrier, d’un brevet des Compagnons du devoir du tour de France, Christian Werey a été, à 22 ans, l’un des plus jeunes maîtres ouvriers de France. En 1986, il se retrouve, à 24 ans, à la tête de l’entreprise familiale de plâtrerie, qui emploie alors 10 salariés. Il la développera jusqu’à créer un groupe de 100 collaborateurs, implanté depuis l’an dernier à Paris. Chantiers techniques et niches de marché deviennent ses spécialités. La rénovation du Parlement européen, en 2008, ou la Fondation Louis-Vuitton, l’an dernier, font partie de ses références récentes. L’année 2014 avait aussi été celle d’un « Saint-Gobain Gypsum International Trophy » pour la restauration de la synagogue de Mulhouse. Le 13 novembre, notre journal en avait fait son lauréat régional des Prix Moniteur de la construction, catégorie second œuvre. L’occasion de découvrir les locaux qu’il avait fondés avec son frère, Etienne, dans le quartier difficile du Neuhof à Strasbourg, contribuant à sa façon à recréer le lien social.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X