Dossier 4 Exploitation

L’externalisation programmée des services

Mots clés : Management

Le réseau dans lequel s’insère le bâtiment désormais connecté offre aux exploitants la possibilité d’étendre leurs services. Les projets de smart grid ont ouvert la voie au partage de données dont l’usage s’étend à d’autres domaines du facility management.

Premier enjeu, la connexion au grid. En France, plus d’une centaine de démonstrateurs ou projets de smart grid sont recensés par la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Ainsi, plusieurs milliers de bâtiments tertiaires, collectifs ou individuels sont concernés. La connexion ne se cantonne pas à l’électricité, mais concerne également l’eau, le gaz, les télécommunications, voire l’approvisionnement de produits critiques (tels que les fluides médicaux dans un hôpital).

Pour être pleinement intégré au smart grid, le bâtiment doit faire communiquer ses systèmes internes avec l’environnement extérieur. Quelle que soit la solution logicielle externe, on peut distinguer trois grands principes d’échange. D’abord, via des protocoles classiques (BACnet IP, Modbus IP, etc.). Ensuite, via une solution centralisée : soit par envoi de fichiers (CSV, TXT) vers un serveur, soit par la mise à disposition des informations dans une base de données accessibles par le système tiers extérieur. Enfin, via une architecture distribuée de web services : on vient alors chercher dans chaque bâtiment, de façon sécurisée, les informations nécessaires (mesures, comptages, etc.), et éventuellement transmettre des ordres ou consignes.

Modalités d’échange

Pour chaque application connectée, il est nécessaire de définir les modalités d’échange, le...

Vous lisez un article de la revue CTB n° 343 du 26/06/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X