Autres INDUSTRIE

L’Europe de l’Ouest résiste à la chasse aux bas coûts

Mots clés : Aménagements extérieurs - Enfance et famille - Établissements industriels, agricoles, ICPE

La course à la compétitivité pénalise les pays d’Europe de l’Ouest dans l’industrie des espaces verts.

Mais l’attractivité de l’Europe de l’Est, illustrée ici par Husqvarna, n’empêche pas le groupe familial allemand Stihl de continuer à investir dans ses deux usines suisses, et ce malgré un taux de change défavorable.

En 2017, le site de Husqvarna à Mielec (Pologne) poursuit sa course à la croissance, avec un objectif de 300 000 machines, au lieu de 200 000 en 2016. La fabrication des riders a démarré en 2011, et dès la fin de cette année, l’usine polonaise en détiendra l’exclusivité mondiale au sein du groupe Husqvarna. Cette consécration découle autant du coût de la main-d’œuvre que de sa capacité à s’adapter aux standards de qualité européens. Le site de Mielec applique le lean management, baptisé ici « Hus-qvarna Operating System », méthode qui permet à l’ensemble du personnel de s’impliquer dans la réussite d’un challenge interne, en l’occurrence une réduction de 10 % par an de la consommation d’électricité. L’exigence de qualité a conduit à tester systématiquement chaque machine sortant de chaîne : les vérifications se déroulent dans un local spécifique, construit selon les normes antiexplosions. Les superviseurs analysent systématiquement les tableaux quotidiens de résultats, fournis par les ateliers. Ces contrôles mettent en évidence le faible écart entre les résultats et les objectifs fixés, lesquels sont revus chaque année à la hausse. Premier signe visible de l’obsession de la qualité : la propreté des ateliers, résultat d’une culture d’entreprise partagée par tout le personnel, qui travaille en deux postes, dès 6 h 30. À partir de l’automne 2017, un nouveau gain de compétitivité résultera de la mise en service du centre logistique attenant à l’usine.

Inspiré par le lean management, Husqvarna, sur son site de Mielec en Pologne, vise une réduction de sa consommation électrique de 10 % par an.

L’ancien magasin se spécialisera dans le stockage des produits finis, par périodes maximales de 48 heures, tandis que le nouvel équipement, doté de racks superposés, favorisera une gestion plus fine des livraisons des composants, grâce à la rationalisation des flux. La gestion de...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 399 du 15/05/2017
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X