Territoires Aquitaine

L’ESH Clairsienne propose des maisons évolutives

Les nouveaux programmes d’accession sociale que propose Clairsienne sont en quelque sorte un retour aux sources. Issu du mouvement d’autoconstruction coopérative Castors, Clairs Logis d’Aquitaine construisait dès 1958 des maisons individuelles en secteur rural. Rebaptisée « Clairsienne » en 2001, l’Entreprise sociale pour l’habitat (ESH) se met à développer des programmes d’envergure, notamment dans l’aménagement, les terrains à bâtir. Elle lance son premier écoquartier des Akènes, sur rive droite de la Garonne, qui a été primé en 2011 d’un trophée d’aménagement. La nouvelle stratégie de Clairsienne suit sans doute celle de son actionnaire de référence, le Comité interprofessionnel du logement du Sud-Ouest (Cilso). En 2014, Clairsienne se rapproche également du Foyer de la Gironde, et totalise alors près de 11 000 logements sur la région. En 2014, le groupe Cilso fusionne avec le groupe Aliance, collecteur basé à Nancy. Du coup, le nouvel ensemble couvre 80 % du territoire national, et se place au 6e rang national de collecteur et 3e producteur de logements sociaux.

Une stratégie d’accompagnement.

« Ce regroupement de nos forces permet à Clairsienne de renforcer notre stratégie sur l’accompagnement du parcours résidentiel de nos locataires. Et de leur proposer une accession, un accompagnement financier et des garanties assez uniques », explique Daniel Palmaro, directeur général de Clairsienne. « Ce sont des maisons évolutives de type T3 avec un garage, dans lesquelles il est possible de créer ultérieurement une nouvelle pièce, précise-t-il. Nous livrons le T3 avec deux chambres, un salon, une cuisine et 20 m2 évolutifs. Il s’agit d’une pièce livrée hors d’eau et hors d’air, avec 2 ouvertures, prête à aménager. » Clairsienne a en cours trois opérations de ce type : à Capbreton (Landes), 23 maisons T3 ouT4 ; à Carbon-Blanc (Gironde), 14 maisons proches du centre, BK, dont l’offre va du T3 évolutif de 93 m2, au T5-T6 à 184 000 euros ; enfin, à Sallebœuf dans la périphérie de Bordeaux, 14 maisons BBC, également entre 90/110 m2, proposées à 193 000 euros pour les plus grandes surfaces. Ces logements sont accessibles au PTZ de la Métropole. Près de la moitié des accédants sont des locataires du parc de Clairsienne. Une fidélité que revendique le directeur général : « Ce chiffre correspond pour nous à une stratégie d’accompagnement, avec des garanties de financement, des services mutualisés. Par exemple, nous apportons aux accédants la garantie de rachat et de relogement en cas de problème, s’il y a un accident de vie, le parcours de l’accédant est sécurisé. »

Au-delà de l’accession simple, Clairsienne se positionne également comme un aménageur : « Beaucoup de nos opérations sont un assemblage d’offres élaborées sur mesure. Notre objectif est une production en collectif de 700 à 800 logements par an, 150 en Vefa ou accession, 50 lots à bâtir, et 15 000 m2 de surface de plancher vendus aux promoteurs. Soit une croissance interne de 9 % par an. La moyenne nationale est 2,5 % et 13 % de croissance en aménagement », précise Daniel Palmaro.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X