Territoires Bordeaux Euratlantique

L’EPA table sur 25 000 m2 de construction bois par an

Mots clés : Bois

L’établissement public d’aménagement Bordeaux-Euratlantique veut innover en matière constructive pour accélérer les projets dans son périmètre d’intervention (700 ha). En dix ans, ce sont plusieurs dizaines de chantiers simultanés qui vont chaque année accompagner les gros équipements publics : Meca, siège régional de la Caisse d’épargne, programme Fayat, pont Jean-Jacques Bosc (OMA), esplanade du Belvédère. La demande en logements et bureaux y est dopée par l’arrivée de la LGV en juillet 2017. Aussi, le directeur général de l’EPA Stéphan de Faÿ a mis en place une stratégie sur plusieurs fronts : négociation d’implantation avec les investisseurs nationaux et internationaux, appel à idées pour une plate-forme de mutualisation de chantiers, appel à projets sur la construction bois. « L’innovation doit être au cœur de l’activité d’Euratlantique, insiste Stéphan de Faÿ. Nous ne pouvons pas porter directement tous les projets, mais nous faisons appel à toutes les imaginations et compétences. Avec cet appel à projets sur la construction bois, notamment d’immeubles en hauteur (jusqu’à 50 m), nous voulons contribuer à structurer la filière bois en construisant des opérations visibles avec des procédés constructifs dont l’impact sur le réchauffement climatique et l’environnement des chantiers sont réduits. »

30 m de hauteur.

Un premier programme bois à énergie passive va sortir de terre, porté par le promoteur Pichet et dessiné par le cabinet d’architectes Laisné-Roussel. La première « poutre » a été posée fin janvier. Ce bâtiment en R + 7 sera, aux dires du promoteur, « le bâtiment tertiaire en bois le plus élevé de France ». L’immeuble de bureaux à ossature bois Perspective se développe sur 4 600 m2 autour d’un atrium central en deux ailes atteignant 30 m de hauteur. Terrasses au 4e étage, ventilation naturelle, chauffage de type puits canadien, modularité des espaces de travail et vue imprenable sur la Garonne sont les atouts majeurs de ce bâtiment qui vise la certification Breeam Excellent. La structure est en bois lamellé-collé, le bardage en pin douglas à claire-voie est utilisé aux étages supérieurs ; le rez-de-chaussée présentera un bardage métallique pour des raisons de sécurité. Les architectes ont également opté pour des planchers collaborants : chape de béton coulée sur des planchers bois, qui seront visibles en plafond des étages inférieurs. Au centre de l’atrium, un escalier monumental du designer Joran Briand distribue les passerelles d’accès aux bureaux. Un mobilier bois spécialement conçu complète le programme.

Pichet réalise sur la même parcelle un autre bâtiment de 80 appartements à structure métallique, formé de plateaux superposés en belvédère sur 9 niveaux dont la commercialisation commence. « Construire en ossature bois allie performance énergétique, ambition architecturale et réduction des nuisances de chantier. Un point essentiel dans ce secteur, où les chantiers vont se succéder à un rythme soutenu sur dix ans. Nous visons l’objectif de réaliser 25 000 m2 par an en ossature bois », précise Alexandra Carpentier, directrice adjointe de Bordeaux-Euratlantique, chargée de la stratégie et de l’innovation.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X