Territoires Aix-Marseille-Provence

L’émergence d’une métropole XXL

Le 1er janvier prochain, 92 communes des Bouches-du-Rhône seront réunies au sein d’Aix-Marseille-Provence. Une métropole très attendue pour porter les grands enjeux d’aménagement de ce territoire multipolaire.

«Que l’on soit béat d’admiration ou farouchement opposé, que l’on se réjouisse de sa création ou que l’on freine des quatre fers, plus rien ne peut s’opposer à la création d’Aix-Marseille-Provence et il faut maintenant bâtir cette métropole », lance Guy Teissier. Ces propos du président de Marseille Provence Métropole (MPM) résument bien la situation dans laquelle se retrouvent élus et collectivités d’une grande partie des Bouches-du-Rhône. Trois ans après l’ouverture du chantier par le gouvernement et après une longue bataille d’opposition des maires des communes situées hors Marseille, le sort en est jeté. Le 1er janvier 2016 naîtra Aix-Marseille-Provence par la fusion de six intercommunalités : une communauté urbaine (MPM), quatre communautés d’agglomération (Pays de Martigues, Pays d’Aubagne et de l’Etoile, Agglopole de Salon, Pays d’Aix) et un syndicat d’agglomération nouvelle (Ouest Provence). Avec ses 92 communes et ses 3 173 km² de superficie, Aix-Marseille-Provence sera une métropole XXL : deux fois la superficie du Grand Londres, trois fois celle de Berlin et de New York… Le Grand Paris (quatre fois plus petit) et le Grand Lyon (six fois plus petit) sont loin derrière.

L’émergence de ce puissant et unique EPCI, qui mettra fin au morcellement institutionnel, est très attendue car elle pourrait enfin apporter des réponses, à la bonne échelle, aux grands défis de ce territoire multipolaire, de près de 2 millions d’habitants. C’est le cas dans les transports, l’habitat, la maîtrise de l’étalement urbain, le développement économique et de l’emploi, etc. Autant d’enjeux stratégiques qui, encore aujourd’hui, sont gérés isolément et sans grande coordination par les différents EPCI. Le monde économique, qui a largement soutenu Aix-Marseille-Provence, y voit même une chance unique d’engager un projet de grande ambition. Dans un rapport réalisé à la demande de la CCI Marseille Provence, l’économiste Christian Saint-Etienne chiffre, sur la période 2020-2030, entre 14 et 20 milliards d’euros les moyens financiers que pourrait mettre en œuvre la métropole, en renforçant ses capacités d’autofinancement et en s’appuyant sur l’Etat, la région et le département…
Reste à présent à lancer la dynamique métropolitaine et ce ne sera pas chose facile. Le chantier administratif s’annonce immense : 7 000 fonctionnaires à regrouper, des compétences au niveau des EPCI actuellement hétérogènes – par exemple, MPM seule est en charge de la voirie, pas les autres intercommunalités – et qui le resteront jusqu’en 2018, car exercées pendant cette période par les conseils de territoire, avant d’être transférées à la métropole (lire p. 35). En termes de moyens, l’Etat n’a pas prévu pour l’heure de se montrer particulièrement généreux. Lors de sa venue à Marseille en mai dernier, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé que « la DGF [dotation globale de fonctionnement] de la métropole à sa création sera augmentée de 50 millions d’euros par rapport à la somme des DGF perçues par les actuelles intercommunalités du territoire ». Quelque 30 millions supplémentaires pourraient aussi être versés au titre du fonds national de péréquation. Mais, dans un contexte général de baisse des dotations, les élus devront simplement s’attendre à une baisse plus lente de celles-ci… Les capacités d’investissement reposeront donc, dans un premier temps, sur la fusion des budgets : environ 600 millions d’euros pour un budget métropolitain évalué à 2,5 milliards.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

La métropole en six dates

2000 : création de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole (MPM).
2012 : comité interministériel pour Marseille.
2013 : création de la mission interministérielle pour le projet métropolitain.
2014 : loi Maptam créant Aix-Marseille-Provence.
2015 : loi Notre précisant définitivement le statut de la métropole.

ENCADRE

Aix-Marseille-Provence en chiffres

1,83 million d’habitants
92 communes
3 173 km² de superficie
1
er port français
735 500 
emplois
12,8 %
de taux chômage(1) dans la zone d’emploi Marseille-Aubagne
72 000 étudiants et première université française
(1) Au 1er trimestre 2015 (Insee).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X