Territoires Montpellier

L’effacement de la tour d’Alembert accélère la mutation du quartier Mosson

La tour d’Alembert, dernière des cinq tours qui se dressaient sur le site des Tritons, en partie haute du quartier Mosson à Montpellier, est sur le point de disparaître. ACM Habitat, l’opérateur HLM de la Ville et de la métropole, a entrepris la démolition de cet immeuble de 98 logements, construit au début des années 1970. L’opération durera huit mois. Elle sera réalisée par curage intérieur, désamiantage, puis grignotage avec une pelle mécanique « à grand bras ». Ce chantier de 2 millions d’euros, confié aux entreprises Genier Deforge et DFD (désamiantage), anticipe sur le nouveau projet de renouvellement urbain du quartier Mosson, dont le protocole de préfiguration sera signé courant octobre.

Maisons individuelles et petits collectifs.

L’opération permet aussi d’achever la reconfiguration du site des Tritons, engagée en 2000. Les 500 logements supprimés par la démolition des cinq tours auront été remplacés progressivement par 260 nouveaux logements, répartis entre maisons individuelles et petits collectifs. ACM s’est attaché à diversifier la composition du quartier en privilégiant les financements de type prêt locatif social (PLS) et prêt social location-accession (PLSA), de préférence aux financements PLUS ou PLAI, à caractère très social.
L’opérateur a également porté une attention particulière à la qualité architecturale des projets. « Il faut introduire le plaisir d’habiter et la poésie parmi les paramètres d’un projet, plaide François Fontès, architecte de l’une des résidences récemment achevées. Rien n’est pire que de donner des logements dont les gens ne soient pas fiers. » Six résidences ont déjà été livrées. Deux autres prendront place sur le site libéré par la démolition des tours Cambon (2013) et d’Alembert. La première, confiée à l’agence Kubik, comporte 35 logements, tous dotés d’une double orientation et d’une terrasse dupliquant la surface du séjour. La seconde, conçue par Antoine Garcia-Diaz, comprend 60 logements, dont 10 villas en bande, disposés autour d’un jardin. « L’ensemble aura la forme d’un hameau, ce qui permettra aux habitants de se croiser », précise l’architecte.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X