Territoires Chambéry

L’écoquartier Vetrotex se précise

Mots clés : Aménagement paysager

Le devenir du site de l’ex-usine Vetrotex, fermée en 2006, à Chambéry se précise. Rachetés par l’Etablissement public foncier de la Savoie intervenant pour le compte de la commune, les six hectares de terrain industriel vont donner naissance à un écoquartier poursuivant l’extension du centre-ville au nord. « La concertation est lancée autour de ce projet urbain ambitieux mais adapté à la réalité économique. S’ils restent des prototypes à l’échelle d’une ville, les écoquartiers sont passés du stade de l’expérimentation à celui de la maturité », assure l’architecte Patrick Chavannes, dont l’agence, Chavannes & Associés, a été retenue pour la maîtrise d’œuvre urbaine.

Une première tranche de 10 000 m² permettra la construction de 120 logements. Un promoteur va être choisi dans les prochaines semaines pour un lancement des travaux d’ici fin 2016. En parallèle, la collectivité va créer une ZAC et choisir un aménageur pour les cinq hectares restants. Les bâtiments de niveau R + 5 et, ponctuellement, du R + 12, devraient accueillir 607 logements en accession, accession aidée et locatifs sociaux, qui serviront à reloger des familles dans le cadre de la réhabilitation du quartier d’habitat social de Bellevue. « Mais notre priorité est de ramener des cadres moyens et cadres supérieurs car Chambéry compte déjà 35 % de logements sociaux sur son territoire, tempère Josiane Beaud, première adjointe au maire. Pour ce faire, nous voulons privilégier des programmes d’accession plutôt haut de gamme. »

Requalification.

Cent logements supplémentaires pourraient être réalisés dans le cadre d’une résidence pour seniors apportant de la mixité intergénérationnelle au projet. Selon le calendrier établi, les travaux de la ZAC commenceraient mi-2018. Assez hétérogène, cette entrée de ville est pour l’heure marquée par la présence de coupures importantes (voie ferrée, pénétrante urbaine, passage de la rivière de la Leysse) et de grands îlots difficilement traversables. La création de l’écoquartier va être l’occasion de la requalifier en améliorant la qualité des espaces publics, en revoyant l’organisation de l’espace et en pacifiant les flux de circulation. Un parc public sera par exemple aménagé le long des berges de la Leysse et permettra de s’y promener.

Patrimoine industriel.

Une passerelle pour piétons et cyclistes ouvrira le secteur sur la gare et le futur centre d’affaires de la Cassine. Des liaisons douces mettant l’accent sur les transports en commun, à vélo ou à pied, s’inséreront aussi dans le maillage existant et notamment la piste cyclable des lacs qui traverse l’agglomération du nord au sud. Le projet envisage encore la création d’esplanades, entourées de commerces de proximité, et d’un passage Vetrotex débouchant sur un parvis en forme d’amphithéâtre qui pourra accueillir des événements. Et pour rappeler une histoire industrielle à laquelle Chambéry reste très attaché, une partie des structures métalliques en sheds de l’ancienne usine a été conservée.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X