Régions Calvados

L’écoquartier redessine le centre-bourg de Blainville

Mots clés : Aménagement paysager

En quatorze ans, Blainville-sur-Orne (Calvados) a changé de visage. La commune de 6 000 habitants et le bailleur social La Plaine normande viennent d’achever le réaménagement d’une partie importante du centre-bourg sous la forme d’un écoquartier. Le projet de restructuration, qui a commencé en 2009 par une étude programmatique assurée par l’agence d’urbanisme Gamerdinger, a vu la construction de 191 logements en lieu et place de 109 logements ouvriers datant des années 1920 et 1960.

Densité volontairement forte. Les deux tranches du projet ont été livrées respectivement en 2012 pour la résidence Lamberville (39 logements) et à la toute fin 2016 pour la résidence de l’Eglise (152 logements). L’écoquartier ainsi créé dispose d’une place haute et d’une place basse, d’un mail piéton et d’une piste cyclable pour assurer une liaison douce avec la zone de commerces située à proximité. Quatre locaux commerciaux (350 m2 au total) ont par ailleurs été créés, mais deux seulement ont pour l’instant trouvé des locataires.

« La densité est volontairement assez forte grâce à une imbrication des logements T2, T3 et T4 dans des immeubles R + 2 mixés avec des maisons individuelles T5 en bandes », explique Michel Sari, l’architecte caennais qui a travaillé avec le cabinet francilien Gera sur ce projet. Conçu avant l’adoption de la RT 2012, l’ensemble des logements répond au label BBC. Une chaufferie bois de 500 kW (avec en relève deux chaudières gaz d’une puissance totale équivalente) assure le chauffage pour l’ensemble des logements.

Voitures discrètes et toits-terrasses. Les voitures seront autant que possible masquées, les stationnements se trouvant en rez-de-chaussée des immeubles. Une partie des pierres et moellons récupérés après la destruction des anciens logements a été utilisée en soubassement. La couverture alterne des toitures en zinc à faible pente et des terrasses, dont certaines sont végétalisées.

Ce projet vient s’ajouter au réaménagement du quartier limitrophe Les Brandons (182 logements), qui a eu lieu entre 2003 et 2007. S’achèvent ainsi quatorze années durant lesquelles une grande partie du centre-ville de Blainville-sur-Orne aura été recomposée en profondeur.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X