Management et prévention

L’école du béton rime avec innovation

Mots clés : Béton - Démarche environnementale - Développement durable - Formation continue - Innovations

L’école du béton du groupe Rector Lesage ouvrira ses portes au printemps prochain à Verberie (Oise). Le spécialiste des planchers et poutrelles précontraintes, basé à Mulhouse (Haut-Rhin), investit 500 000 euros dans cet établissement dont le fonctionnement coûtera 100 000 euros par an. En désignant Maurice Ramstein, ingénieur issu de sa cellule «recherche et développement» pour prendre la responsabilité du projet à partir de janvier 2004, l’industriel place d’emblée son école sous le signe de l’innovation. «Sous l’effet des nouvelles réglementations thermiques et de la lutte contre l’effet de serre, le monde du béton est en perpétuelle évolution technique, alors que son image n’évolue pas», commente Maurice Ramstein.

Susciter des vocations parmi les proches

En enrichissant la culture technique de ses salariés, y compris les cols blancs, l’entreprise espère susciter des vocations parmi leurs proches, appliquant ainsi la directive de Jean-Paul Beckert, P-DG : «Plutôt que de nous lamenter sur le manque de vocations et sur une pyramide des âges difficile, créons nous-mêmes les conditions de notre attractivité.» L’école de Verberie s’adressera également aux maîtres d’ouvrage, aux maîtres d’oeuvre et aux négociants. Pendant que ses murs sortent de terre à Verberie, choisie pour desservir les 9 unités de production du groupe implanté dans l’Hexagone, l’école finalise son projet pédagogique, qui inclura des formations diplômantes. Maurice Ramstein a pris son bâton de pèlerin pour annoncer le projet aux partenaires de la future école : Association pour la formation professionnelle des adultes, instituts universitaires de technologie, Centre d’études et de recherche sur l’industrie du béton…

Au stade actuel du processus, deux mots-clés émergent : e-learning et individualisation. «Dans l’intervalle des formations dispensées à Verberie, l’Intranet en cours de conception assurera la continuité du fonctionnement de l’école, qui proposera des parcours personnalisés en fonction d’un bilan de compétence et d’un projet du salarié», résume Maurice Ramstein.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X