Autres

L’éclairage connecté de Philips joue les espions

Mots clés : Electricité - Equipements électriques - Lieux de travail

Aux Pays-Bas, l’industriel a installé son premier système de luminaires destiné à faciliter la gestion technique d’un immeuble de bureaux.

A Amsterdam, dans le tout nouveau siège du cabinet international Deloitte présenté comme l’immeuble de bureaux le plus durable au monde, Philips a récemment installé son premier système d’éclairage connecté pour le tertiaire. Une petite révolution pour l’industriel néerlandais, leader du marché de l’éclairage, qui entremêle ici technologies de l’Internet, de l’informatique et de la gestion technique du bâtiment. Un système 100% LED (diodes électroluminescentes), une technologie aujourd’hui largement déployée par Philips qui représente près de 40% de ses ventes dans le monde. Dans ce bâtiment baptisé « The Edge », terminées les prises 220volts : les luminaires sont désormais alimentés par des câbles Ethernet, un type de réseau local déjà répandu dans les entreprises pour raccorder, par exemple, les postes de téléphonie fixes. Chacun des 8000spots d’éclairage installés à The Edge possède sa propre adresse IP, qui connecte chaque luminaire au réseau informatique de l’entreprise. C’est là tout l’intérêt de ce nouveau type d’éclairage: l’énergie n’est plus la seule à passer par le câble, il y a désormais aussi des données.

30 % de consommation électrique en moins.

« Aujourd’hui, la lumière ne sert plus seulement à éclairer, mais à fournir des services aux utilisateurs », résume Jeff Cassis, vice-président de Philips et directeur général de la division Systèmes d’éclairage professionnels chez Philips Lighting. De quoi multiplier les usages, tant pour les gestionnaires d’un bâtiment de bureaux que pour les salariés qui l’occupent. « En plus des économies d’énergie réalisées grâce à l’utilisation de LED, nous allons élargir notre connaissance du fonctionnement du bâtiment, décrit Erik Ubels, directeur des systèmes d’information chez Deloitte Pays-Bas. Nous utilisons les données issues des capteurs des lampes pour comprendre comment nos employés l’utilisent. Cela nous permettra, par exemple, d’optimiser les coûts d’entretien en ne faisant nettoyer que les pièces qui le nécessitent. » En plus de mesurer l’occupation du bâtiment, l’éclairage connecté est relié aux systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation, ce qui fournit des renseignements au service informatique via une plate-forme unique. Une démarche globale de smart building adaptable à chaque client. « Nous n’avons presque plus à toucher à l’infrastructure initiale du bâtiment, mais simplement à développer de nouvelles applications selon le cahier des charges », explique-t-on chez Philips.

Avec ce système, l’industriel promet un temps d’installation de l’infrastructure d’éclairage réduit de moitié et une consommation d’électricité totale du bâtiment diminuée de 30 %. Côté utilisateurs, Philips a mis une autre technologie innovante entre les mains des occupants de The Edge : la Visible Light Communication (ou communication sans fil par la lumière). Grâce à elle, le luminaire LED communique avec un appareil mobile par le biais d’un capteur photo, détecte la présence et la localisation de l’usager. Depuis son siège, le salarié peut ainsi contrôler l’intensité de l’éclairage et réguler la température dans son bureau, via une application mobile, sur son smartphone ou sa tablette. 

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X