Autres

L’e-concierge s’invite dans les halls d’immeuble

Le fabricant de boîtes aux lettres Renz expérimente des boîtes à colis connectées pour compléter celles dédiées au simple courrier.

Quelque 300 habitants d’un immeuble de la rue Petit, à Paris, expérimentent depuis octobre 2013 un dispositif promis à un bel avenir : les 80 logements disposent non seulement de boîtes aux lettres, mais aussi de boîtes à colis de cinq formats différents permettant de réceptionner des envois de toute taille. Un SMS prévient le destinataire de l’arrivée du paquet, la boîte restant verrouillée jusqu’à ce qu’il en prenne livraison.

Initiée par La Poste, propriétaire de l’immeuble, et par le fabricant de boîtes aux lettres Renz, l’expérience alimente un débat normatif à fort enjeu. Les formats des boîtes aux lettres, qui n’ont pas évolué depuis quarante ans, devront bientôt s’adapter à la nouvelle donne qui voit le courrier classique se raréfier tandis que les expéditions de colis s’envolent. Leader français des boîtes aux lettres, Renz s’est donné les moyens d’investir ce nouveau marché. La PME, qui emploie 100 salariés à Woustviller (Moselle), a consacré 300 000 euros à l’expérimentation de la rue Petit et mobilisé une équipe d’informaticiens pour affiner le fonctionnement de la boîte à colis connectée. « Nous laisserons les boîtes à disposition des résidents, qui se disent très satisfaits du système. Nous avons pour notre part recueilli suffisamment de données pour finaliser les discussions avec les opérateurs. Nous informons d’ores et déjà les architectes, bailleurs et promoteurs du potentiel de cette innovation : à l’avenir, la mise en place de boîtes à colis connectées constituera pour un immeuble une plus-value comparable à celle d’un ascenseur », estime Alain Fischer, gérant de Renz.

S’adapter à la réexpédition des colis.

L’entrepreneur a fédéré dès 2012 la dizaine de professionnels français du secteur autour du Syndicat national des industriels de boîtes aux lettres et colis (Sibco) pour se préparer collectivement à l’ère du colis numérique. Dix-huit mois d’études in situ ont permis de déterminer le ratio boîtes/résidents, le format des alvéoles, les modes d’accès proposés aux transporteurs et aux résidents ou encore la gestion des pics d’utilisation constatés à Noël ou en période de soldes. Le système doit s’adapter non seulement à la réception des colis, mais aussi à la réexpédition des articles que le consommateur n’aura pas retenus après les avoir essayés à domicile. Le Sibco anticipe également l’augmentation du nombre d’opérateurs habilités à accéder aux boîtes aux lettres et élabore différents moyens d’ouverture par codes, badges ou smartphones.
Plus grandes que les boîtes aux lettres ordinaires, les boîtes à colis bardées d’électronique seront aussi plus chères. Le syndicat voit s’ouvrir un marché évalué à 120 millions d’euros, soit le double du volume actuel. A Woustviller, Renz a d’ores et déjà investi 2,7 millions d’euros dans la rénovation de ses bâtiments de 600 m² et dans une extension de 1 000 m² pour arriver le premier sur un marché qu’il a largement contribué à créer.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X