Régions Corse

L’assemblée offre au thermalisme un bain de jouvence

L’assemblée de Corse a suivi l’exécutif dans son projet de relance du thermalisme en votant à l’unanimité, à la fin octobre, un plan d’action 2016-2022. Il prévoit de développer des projets de valorisation de cette activité sous maîtrise d’ouvrage publique et de favoriser la création de centres thermoludiques. L’Agence de développement économique de la Corse est chargée du pilotage et de la mise en œuvre de ce plan ; elle lancera des appels à projets avec l’Agence du tourisme de la Corse.

Une étude de diagnostic réalisée par Artelia recense 43 sites et constate une ressource insuffisamment exploitée à des fins curatives ou touristiques. Elle relève une grande diversité de situations : des sources sans aucun aménagement, isolées, voire inaccessibles, d’autres sommairement équipées ou liées à d’anciens établissements thermaux et nécessitant une réhabilitation. Actuellement, seule la source de Pietrapola (Haute-Corse) possède l’agrément sanitaire, tandis que les bains de Caldane et Baracci (Corse-du-Sud) sont exploités. Des demandes ont été formulées pour les bains de Guagno et Guitera (Corse-du-Sud).

Les investisseurs privés frileux. Aucun projet n’a pour l’heure retenu l’attention d’investisseurs privés, du fait des incertitudes pesant sur le renouvellement des conventions avec les organismes sociaux, de la forte concurrence du pourtour méditerranéen et des surcoûts liés à l’insularité. Une commission ad hoc, présidée par Nadine Nivaggioni, a été mise sur pied. Elle rendra un premier bilan le 13 décembre.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X